Tabaski à Bignona…les denrées sont chères

Le marché de Bignona

La tabaski 2020 se déroule dans un contexte particulier, avec la pandémie  covid-19 et les fortes pluies qui s’abattent au quotidien.  Une situation qui rend difficile les préparatifs de la fête à Bignona.

A quelques heures de la fête D’AID EL KEBIR, les marchés sont envahis par les populations qui viennent de différentes localités du département de Bignona.

Au marché de la gare routière de Bignona, l’accès reste difficile à cause d’une foule immense composée en grande majorité de femmes dont la plupart d’entre elles viennent des villages environnants. C’est le cas de Adama Sané du village de Boureck situé à quelques kilomètres de la commune. Pour elle les légumes telque l’oignon, la pomme de terre sont trop chers. « Le kilo de poivron vert qui coûtait 1000fr est passé à 1500fr. Le sac de l’oignon à 11500fr et celui de la pomme de terre est vendu à 10000fr. Et pour ce qui est des tomates fraîches, le prix est exorbitant » se plaint-elle.

La bonne dame se désole et condamne cette cherté de certaines denrées alimentaires qu’elle trouve anormale en cette période de fête surtout avec la pandémie coronavirus qui a fini d’impacter des familles.

Du côté des magasins le constat reste le même, les clients se désolent de la cherté des produits.  Si les clients accusent les commerçants de proposer des prix trop chers, ces derniers indexent les fournisseurs qui pour eux sont à l’origine de la hausse des prix comme nous l’indique Saliou Diallo propriétaire d’un magasin qui se dédouane « c’est pas de notre fautes si les produits comme le sac de la pomme de terre, de l’oignon et autres sont chers, nous achetons pour revendre  » a-t-il conclu.

DEMBO JUNIOR COLY XIBAARU ZIG