Tabaski : le peuple galère et…Macky jette 307 milliards sur la route

Fête de tabaski morose pour nombre de Sénégalais, la bamboula pour l’élite au pouvoir

Demain, la plus grande part de la communauté musulmane au Sénégal, va célébrer la fête de l’Aïd El Kébir. Une fête de la tabaski qui ne laissera pas que de bons souvenir chez de nombreux Sénégalais. Conjoncture économique oblige. La fête de la tabaski se déroule dans un contexte marqué par la hausse des prix de certaines denrées.

Alors que de nombreux Sénégalais s’en mettent à conjurer le sort, font face à une situation économique morose, une partie de la classe nationale vit dans la bamboula, dans l’opulence. L’Etat du Sénégal maintient toujours le rythme de son train de vie, et se distingue par des dépenses de prestige au profit d’une élite actuellement au pouvoir. C’est le Président de la République, Macky Sall lui-même qui a fait l’aveu. De 2012, date de son accession au pouvoir, à maintenant, l’Etat du Sénégal a dépensé « plus de 307 milliards de FCFA » destinés à « l’achat de véhicules ». Des véhicules mis à la disposition de l’élite politiques aux commandes de l’Etat. Ne vous gênez surtout pas ! Qu’est-ce qu’il a fallu durant toute cette période dépenser pour l’entretien de ces véhicules de luxe, pour leurs dotations en carburant. Ne parlons des autres dépenses de prestige engagées par l’Etat du Sénégal pour entretenir toujours cette même élite sur le dos du très pauvre contribuable. Les dépenses pour les factures de téléphone, les frais de mission, et autres.

C’est la bamboula pour une élite au Sénégal, la misère pour le bas peuple. Cette insolence de train de vie d’une certaine élite se poursuit, même si le Président de la République annonce, désormais une rationalisation des ressources de l’Etat, avec la fermeture du consulat de Bordeaux, la dissolution ou la transformation en directions de 16 agences sur 32.

Bien peu, pour un pays classé en 2015 par un rapport du Fonds monétaire international (25), parmi les 25 les plus pauvres de la planète. Un pays où le système éducatif abandonné à lui-même est en déliquescence, le système sanitaire se dégrade, les Sénégalais peinent dans des difficultés. Au Sénégal, c’est le règne d’une élite politique insouciante plongée dans la gabegie, la dilapidation et le détournement de deniers publics. C’est pourquoi, cette annonce de rationalisation des ressources par le Chef de l’Etat, ne constitue que de la poudre aux yeux, en vue de mieux amadouer les Sénégalais lassés de subir les rigueurs d’un plan d’ajustement structurel qui ne dit pas son nom, alors que certains vivent dans l’opulence.

Thiémokho BORE