Wade, le bourreau, décapite le PDS pour introniser son fils…

Le vieux Wade a échoué sa dévolution monarchique à cause d’un 23 juin épique. Mais il aura réussi à introniser son fils à la tête d’un des plus grands partis d’Afrique après avoir éliminé tous ceux qui pouvaient tenir tête à son unique héritier.

Wade « l’exécuteur »

Depuis la création de « son » parti, il avait à cœur de se faire remplacer par son fils Karim Wade. Alors il s’en prenait à tous ceux qui s’approchaient de son trône.

Fara Ndiaye, le thiessois est passé par la guillotine du bourreau Wade.

Ensuite il y a eu Boubacar Sall aussi de Thiès, ce grand militant qui a été emprisonné en même temps que Wade le 11 mai 1988 à la suite des élections législatives controversées. En 2013, Moustapha Diakhaté faisait ce témoignage accablant : « La Direction du PDS a utilisé puis jeté comme un malpropre Boubacar Sall, ce grand militant qui a toujours mis tout son talent à la disposition du Sopi et de son leader…Comble de cynisme, même sur son lit de mort, Boubacar Sall n’a pas eu droit à une seule visite d’un membre de la Direction du parti démocratique sénégalais »…Boubacar Sall alias « le lion du Cayor », est décédé en 1998.

Après l’éviction des pères fondateurs du PDS, Wade ouvre le chapitre des intellos qui pouvaient lui succéder. Serigne Diop viré, Ousmane Ngom poussé à la sortie et Idrissa Seck jeté en prison pour coup d’état rampant…

Son fils devenu grand, Wade crée le « Karimisme » pour protéger le futur dirigeant du PDS. Et c’est là qu’il va dépoussiérer le parti historique de ses derniers vestiges. De Fada à Oumar Sarr en passant par les plus fidèles Aïda Mbodj et Madické Niang…Et aujourd’hui, Me Amadou Sall, celui qui a toujours défendu le vieux et sa famille