Un Kényan fait une surprenante révélation sur Joe Biden

Joe Biden et l'étudiant Kenyan, Rotino

Un Kényan est devenu un fervent partisan de Joe Biden après un beau geste du président élu à son égard.

Jonathan Tyno Rotino, 32 ans, du comté de West Pokot, priait de tout son cœur pour une victoire en faveur du candidat démocrate et sa prière a été exaucée.

Le diplômé de l’Université internationale des États-Unis (USIU) a raconté comment Joe Biden l’a aidé lorsqu’il était encore étudiant dans cette institution en payant ses frais de scolarité.

« Je souhaite le meilleur à Biden, car il a compris ma situation et m’a aidé à payer mes frais de scolarité alors que j’étais sur le point d’être renvoyé », a-t-il confié à The Standard.

Rotino, qui travaille actuellement pour une organisation non gouvernementale appelée Act Change Transform (ACT), a révélé qu’il est issu d’une grande famille modeste et que, de ce fait, ses parents avaient du mal à payer ses études. Avec un solde impayé de plus de 1 800 dollars, je savais qu’il était très difficile de réunir cette somme pour payer mes frais de scolarité. J’avais la foi et un jour, tout s’est mis à tourner en ma faveur », se souvient-il.

Le jeune homme se souvient de sa rencontre avec Biden en juin 2010, lorsque l’ancien vice-président de Barack Obama avait visité le Kenya. « Je ne savais pas que mon professeur de sciences politiques, Ivonne Knudsen, m’avait choisi parmi un groupe d’étudiants pour rencontrer l’ancien vice-président qui était venu s’entretenir avec des leaders d’opinion et des étudiants issus de communautés marginalisées au Kenyatta International Convention Centre (KICC), à Nairobi. »

Pour cette rencontre, M. Rotino a emprunté une cravate et un pull. Le diplômé en relations internationales s’est dit surpris lorsque Biden l’a approché après son discours.

« J’étais assis au tout premier rang. J’ai été stupéfait et profondément surpris lorsqu’il est venu me voir et m’a demandé mon nom et ce que je voulais être à l’avenir », a-t-il déclaré.

Rotino a dit à Biden qu’il rêvait de devenir président du Kenya à l’avenir, mais que les problèmes de frais de scolarité se trouvaient entre lui et ses ambitions.

« Biden m’a regardé et a appelé l’ambassadeur américain de l’époque, Michael Ranneberger, pour voir comment il pouvait m’aider. »

Ses études universitaires ont été entièrement prises en charge et il avait également droit à une allocation mensuelle de plus de 183 dollars.