Ultimate magazine theme for WordPress.

Voici le sort réservé à Macky Sall et à son pire ennemi…

0

ELECTIONS LEGISLATIVES : MACKY SALL ET YEWWI ENCLENCHENT LA BATAILLE DE LA PRESIDENTIELLE !

L’Histoire ne ment pas. Ajoutons aussi que c’est un éternel recommencement. Et, quelquefois, il faut bien relire les événements du passé pour comprendre les actes d’aujourd’hui, afin de décrypter l’avenir.

Le Sénégal est sujet à des tensions qui ne s’estomperont qu’à l’issue du scrutin présidentiel de 2024. C’est donc dire que le contentieux préélectoral de ces derniers jours n’est qu’un épiphénomène, au vu du mortal-combat dont il a marqué le point de départ et dont les péripéties seront fortement préjudiciables à la crédibilité de nos institutions, et, pire, à la paix et à la stabilité sociales.

La conservation du pouvoir par un Macky Sall résolument déterminé à y parvenir par tous les moyens ou sa conquête par une opposition radicalisée qui règne sur l’opinion publique et contrôle l’agenda de la rue sont devenues un enjeu qui tient en otage le peuple sénégalais dans son ensemble.

Cette situation risque de basculer le pays dans un chaos qui nous déstabilisera durablement, au vu de l’inféodation du pouvoir judicaire aux desiderata d’un Macky Sall qui n’a jamais ménagé ses efforts pour renforcer le sien et s’y maintenir solidement, par l’utilisation abusive et arbitraire des artifices juridiques pour éliminer ses adversaires les plus redoutables et gagner les élections sans coup férir, faute de challenger à sa hauteur.

Et maintenant avec le cas Yewwi Askan Wi, Macky Sall est en train d’appliquer à nouveau sa bonne vieille méthode, d’autant plus qu’il en est arrivé à un des moments les plus cruciaux de son règne : son mandat est dans la dernière ligne droite d’un rendez-vous déterminant pour son avenir et celui de notre pays, la présidentielle de 2024.

mackyMacky Sall a donc plus que jamais besoin, après avoir phagocyté le pouvoir judiciaire, de tenir entre ses mains le pouvoir législatif, à moins d’un an de la prochaine élection présidentielle.

Pour ce, il a proprement éliminé la liste proportionnelle de Yewwi Askan Wi, par une de ces entourloupes judiciairo-politiciennes dont lui seul détient le secret. La liste BBY fera ainsi une razzia sans gloire au soir du 31 juillet !

Quant aux ténors de Yewwi Askan Wi, ils n’iront pas à l’Assemblée nationale. Il faut les priver en effet du parapluie sécurisant d’un statut de parlementaire qui compliquerait les procédures en mode fast track que le régime de Macky Sall déclenchera contre eux, au cas où on devrait leur appliquer la Loi dans toute sa rigueur concernant par exemple Ousmane Sonko dont le dossier est pendant devant la justice, et surtout, il est primordial de les priver de l’opportunité d’avoir plus de visibilité et de légitimité politique aux yeux de l’opinion publique nationale et internationale.

Les sénégalais observent et s’interrogent sur les véritables motivations du président Macky Sall, qui pose chaque jour des actes renforçant la conviction du peuple sénégalais dans la véracité de ses soupçons sur les velléités d’une candidature à un troisième mandat qui animent le président de la coalition BBY.

L’affaiblissement et la mise à l’écart par des artifices judicaires des membres de l’opposition représentative, ajouté à ses débauchages tout azimut de ses adversaires, le récent refus systématique de valider le protocole additionnel de la CEDEAO pour la limitation des mandats et surtout son refus obstiné de se prononcer clairement et définitivement sur la question sont autant de signes clairement décryptés par Yewwi Askan Wi comme la preuve de sa volonté de violer les dispositions constitutionnelles qui encadrent le mandat présidentiel au Sénégal, pour une impossible et inacceptable candidature de tous les dangers.

En plus, le président Macky Sall est en train de battre le rappel de ses troupes, en consultant presque au quotidien tous les anciens barons de son régime dont il s’était séparé sous l’influence d’un Saleh désormais sur le départ, et nous pouvons prédire leur retour imminent au cœur du pouvoir, pour rehausser de leur présence son leadership et sa légitimité à demander et surtout obtenir ce fameux troisième mandat, n’en déplaise à Yewwi Askan Wi !

macky
les responsable de la coalition Yewwi

Ousmane Sonko et ses alliés ont décrypté depuis fort longtemps les intentions inavouées du Président Macky Sall. Ils connaissent parfaitement ses méthodes éculées qui ont maintenu sa toute-puissance au cœur du pouvoir. Ils connaissent tout autant le peu de respect de l’homme envers les lois et règlements de ce pays, et sa propension à encourager la violence, s’il a la certitude que le rapport de forces lui est favorable.

Yewwi Askan Wi est prêt à faire face. Et le premier acte qu’il posera dans ce sens sera le boycott des élections législatives du 31 juillet 2022.

Macky Sal à l’instar de son ex mentor Abdoulaye Wade régnera donc sur une assemblée nationale vidée de sa quintessence, sans l’opposition représentative qui ne cautionnera pas la comédie électorale qu’il veut servir à l’opinion publique internationale. Et c’est pour anticiper sur la guerre médiatique inéluctable que Yewwi Askan Wi a lancé la première salve, en dressant un courrier à MME Bachelet, sur les dérives dictatoriales d’un Macky Sall plus que jamais vilipendé sur la scène médiatique internationale sous les traits d’un Président antidémocrate.

Nous nous acheminons donc après ces élections législatives vers des périodes troubles qui obscurcissement l’horizon politique, économique et social du Sénégal.

Le pays a démarré une campagne électorale qui sera permanente jusqu’en 2024.

Macky Sall n’ignore pas ce qui est arrivé à son prédécesseur. Ousmane Sonko n’ignore pas ce qui est arrivé à tous ceux qui ont voulu arracher le pouvoir à Macky Sall. L’histoire politique récente du pays renseigne chacune des parties, pouvoir comme opposition, sur l’issue des combats qui étaient à leurs places respectives ont entamés, sous l’arbitrage du peuple sénégalais.

Qu’elle qu’en soit le verdict pour l’une des deux parties, il importe que la paix sociale soit sauvegardée, et que l’agenda politique respecte les lois de ce pays !

La Rédaction de xibaaru

laissez un commentaire