Ultimate magazine theme for WordPress.

3ème mandat de Macky…Aliou Dembourou Sow assume ses propos

Aliou Dembourou Sow (micro) leader des éleveurs républicains
0

Lynché sur les réseaux sociaux pour avoir appelé à l’utilisation de machettes pour défendre le troisième mandat de Macky, le député Aliou Dembourou Sow ne regrette nullement ses propos. Mieux, il promet de les répéter devant l’assemblée nationale.

On ne peut pas juger mes propos, si on est pas du Fouta ou du Ferlo. Depuis que le président Macky Sall a créé l’Alliance pour la République, nous avons l’habitude, dans le ferlo, d’utiliser le terme arme pour désigner la carte électeur. Parfois nous utilisons les mots : baton, coupe-coupe, ou même de balle. C’est un effet de langage », a précisé le député de Ranérou dans les colonnes du journal l’Observateur.

Tous ces gens qui s’agitent à gauche et à droite feraient mieux d’aller demander aux politiciens du Fouta l’exacte traduction de mes propos… Et pourtant ceux qui s’indignent de mes propos font pire dans leurs déclarations. On entend tous les jours, des gens dire qu’ils aller au palais déloger le président parce qu’il n’aurait pas droit à un troisième mandat.», a-t-il ajouté.

Malgré la plainte annoncée par des organisations de la société civile confirme qu’ il est prêt à refaire la même chose même devant l’assemblée nationale.

Rappel des faits

Dans une vidéo partagée dans les réseaux sociaux, il soutient dans la langue peul qu’il est hors de question que le Président Macky Sall quitte le pouvoir en 2024. Devant une assistance acquise à sa cause, il martèle que, le Président de la République peut ainsi bel et bien briguer un troisième mandat puisqu’il est juste à premier mandat de cinq ans. «Macky Sall est à son premier mandat. L’autre mandat de sept ans n’est pas valable.

Suffisant pour que le parlementaire demande à ses partisans de s’atteler à la tâche pour la réélection du Président Macky Sall en 2024. Pis, ajoute-t-il  : «j’entends des gens dirent qu’ils vont brûler le pays. Ils ne feront rien. C’est nous qui avons le pouvoir. Et quand on a le pouvoir on ne le lâche pas», argue-t-il en donnant les exemples des militants de Parti Socialiste (PS) et du Parti démocratique sénégalais (PDS).

laissez un commentaire