Adama Bictogo : “Si Ouattara n’est pas candidat, on ira tous en prison ou en exil”

Adama Bictogo, directeur exécutif du parti présidentiel, le RHDP

Depuis que le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly s’en est allé, l’on se demande qui va se présenter sous les couleurs du RHDP à la prochaine présidentielle. Apparemment, tous les regards sont tournés vers le président Alassane Ouattara. Lors d’une rencontre avec le directeur exécutif du RHDP, Adama Bictogo, les députés ont choisi Ado pour conduire leur parti au prochain scrutin présidentiel.

Le mercredi 22 juillet 2020 à Abidjan-Cocody, Adama Bictogo a invité les députés à demander au président Alassane Ouattara d’être le candidat du parti à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. « Ce que je recherche, c’est la victoire du RHDP le 31 octobre 2020. Cette victoire nous engage tous. Parce que nous devons répondre aux attentes des Ivoiriens. Et je pense que chacun de nous a besoin de cette victoire pour pouvoir répondre à nouveau aux attentes des Ivoiriens », a-t-il lancé aux élus.

A en croire, le Directeur exécutif du RHDP, les députés du parti n’ont qu’un seul choix au risque de finir en prison ou en exil. « Si le Président Alassane Ouattara n’est pas candidat, c’est nous tous qui irons en prison ou à l’exil. Le RHDP disparaîtra au lendemain de notre défaite », a déclaré Adama Bictogo repris par BBN 24.

A la sortie de cette réunion avec le DE du parti, les députés et sénateurs membres du RHDP ont sollicité la candidature, au nom de leur formation politique, du président Alassane Ouattara à l’élection présidentielle d’octobre prochain. « nous, députés RHDP, sollicitons votre candidature à l’élection présidentielle du 31 Octobre 2020 », a déclaré le porte-parole des parlementaires, le député Frégbo Basile.

Adama Bictogo a par ailleurs invité les élus de la Nation à se mettre au boulot pour commencer la collecte des parrainages. Il leur a demandé de mettre tout en œuvre pour que le parti recueille le plus de parrainages possibles. Sans cela, la candidature d’Alassane Ouattara ne sera qu’utopie.