Ultimate magazine theme for WordPress.

Affaire Astou Sokhna : Ansoumana Dione accable encore Diouf Sarr

Ansoumana Dione (à gauche) et Abdoulaye Diouf Sarr (à droite)
0

L’affaire Astou Sokhna, ayant perdu la vie lors de son accouchement à l’Hôpital Amadou Sakhir MBAYE de Louga, préoccupe véritablement Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM). La preuve, il avait pris part à ce procès qui s’est tenu au Tribunal de Grande Instance de Louga, le 05 mai 2022, dont le verdict est prévu ce 11 mai. En attendant ce rendez-vous, il révèle que le Ministre Abdoulaye DIOUF SARR voulait cacher la vérité, pour des mobiles politiques.

D’abord, je tiens à préciser que ce procès a coïncidé avec la célébration, le 05 mai 2022, de la Journée Internationale des Sages-femmes. Autrement dit, au moment où le monde rendait un hommage mérité à ces vaillantes travailleuses, très spéciales, notre pays en jugeait quatre, pour de graves accusations infondées. Quel déshonneur ! Et, tout est parti de la tutelle, en l’occurrence, le Ministre de la Santé et de l’Action Sociale, Monsieur Abdoulaye DIOF SARR. Qui, au lieu d’œuvrer pour l’éclatement de toute la vérité, pour le bien-être des populations, il a voulu induire tout un peuple en erreur, pour des mobiles purement politiciens. Mais, c’était sans compter avec la Justice de notre pays, dont le Juge d’Instruction, le Procureur de la République, les avocats de la défense et même de la partie civile. En clair, le droit a été dit ce jour et les choses étaient devenues claires pour les personnes ayant pris part à cette audience.

Contrairement aux déclarations du Ministre Abdoulaye DIOUF SARR qui parlait de défaillance de surveillance et de non-assistance à personne en danger, la famille de la défunte reproche aux quatre Sages-femmes, de n’avoir pas agi pour faire subir à Astou Sokhna, une césarienne. Or, il appartient, comme tout le monde le sait, au Médecin gynécologue qui assurait la garde, de procéder à cette opération. Et, ce dernier, le Docteur Diodio avait estimé que cela devait être effectué au lendemain du décès. Car, à son avis, il n’y avait aucune urgence, malgré les douleurs intenses dont souffrait la jeune dame qui portait une grosse à très haut risque, arrivée à terme. Aujourd’hui, même les avocats de la partie civile sont conscients de la non culpabilité des sages-femmes et c’est pourquoi, ils ont annoncé une plainte. Seulement, la Gynécologue, Diodio pourrait-elle être inquiétée, s’il est avéré qu’il n’y avait aucune urgence ?

De toutes les façons, nous restons optimistes quant à leur libération, ce 11 mai. Tout comme à l’audience, nous serons présents, s’il plait à Dieu, à cette délibération. A mon sens, puisque le Procureur de la République a reconnu que ces Sages-femmes sont irréprochables dans cette affaire, malgré la clameur populaire, nous estimons que le Juge fera l’essentiel, en toute responsabilité. Seulement, nous nous ne regretterons jamais assez l’attitude des autorités sanitaires dont le Ministre Abdoulaye DIOUF SARR qui a injustement protégé la Gynécologue qui devait être la seule prévenue dans cette affaire. Heureusement que les avocats de la partie civile l’aient compris. D’ailleurs, ils ont annoncé une plainte, ce qui risque de renverser la situation. Mais, en attendant nous exigeons la démission du Ministre Abdoulaye DIOUF SARR, le secteur de la santé et de l’action sociale, étant gravement malade, partout à travers le pays.

 

Rufisque, le 10 mai 2022

Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM)

laissez un commentaire