Affaire Sonko-Adji Sarr : Trêve de victimisation !

Dans Les Essais rédigés en 1597, Francis Bacon enseignait : « La vraie gloire de l’homme, c’est de mépriser les offenses ».

Cette assertion pousse à se poser la question, quel homme politique n’a subi autant ou plus d’offenses plus que Macky Sall depuis 2014 au moins? Oui, la limite temps est fondamentale dans la formulation de notre interrogation. En effet, c’est en cette année 2014 que le Sénégal connut l’un des opposants les plus sévères depuis que les régimes politiques s’y succèdent au lendemain de l’indépendance. Ousmane Sonko pour ne pas le nommer, n’a cessé de faire feu de tout bois et feu sur la gouvernance Macky Sall! Fonctionnaire de l’État, l’homme n’hésitait pas à mettre sur la place publique les dossiers les plus sensibles, foulant au pied toute idée d’obligation de réserve. Ses répétitifs agissements(tout comme ses viols selon Adji Sarr), lui permirent de capter l’attention de bon nombre de nos concitoyens non pas par leur capacité à discerner la bonne graine de l’ivraie, mais par le fait que l’écrasante majorité d’entre eux se laissent emporter par les émotions. Au fil du temps, l’ex inspecteur des impôts mit le pied sur l’accélérateur. À tel point que la République sentit le danger au regard de la gravité des dossiers chaque jour divulgués et étalés sous les arbres à palabres. Tirant les conséquences de ces actes graves, l’État procéda enfin à la radiation de la fonction publique, de cet expert des questions fiscales. L’homme, comme s’il venait d’atteindre sa cible, j’allais dire son objectif, empruntant le terme au jargon pédagogique, lança PASTEF-LES PATRIOTES. Un parti politique porté sur les fonds baptismaux pour exclusivement traquer le régime du président Macky Sall mis en place seulement deux années auparavant. Les sorties médiatiques du jeune opposant se voient multipliées par n. Sonko choisit les sujets sensibles, conscient du caractère émotif d’un peuple que phagocyte assez facilement les énormités et les plus fous écarts. Il met le doigt et l’accent sur de gravissimes thèmes comme le zircon, l’or, les mines, les grands projets d’infrastructures, les milliards, le foncier…De rocambolesques accusations de détournement de deniers publics adossées à une mal gouvernance sans précédent sont tout le temps exhibées et artistement peintes par le jeune loup néo politicien aux dents quand même longues. Le pays tout comme la communauté internationale sont mobilisés, les représentants de l’État et naturellement les lieutenants du président essayent tant bien que mal de lui apporter la réplique afin de faire le toilettage sur ses graves accusations. Parfois sans convaincre, malheureusement. Aux législatives de 2017, le compatriote Sonko est élu député. L’homme gagne davantage en confiance et retrouve du poil de la bête. Il corse l’addition quant à ses indexations négatives envers l’état du Sénégal. Oui et pour preuve, un certain Mamour Diallo aurait selon le leader de Pastef, fait main basse sur la rondelette manne financière de 94 milliards de nos francs. L’affaire tient le pays en haleine. Le jeune Sonko, incapable d’apporter une seule preuve d’une telle énormité, tient malgré tout la dragée haute et entretient le flou autour. Jusqu’à l’élection présidentielle. Il engrange un peu plus de 15% des voix et arrive 3e de la compétition. Plus que jamais radical, il se fait de plus en plus démagogue. Dans sa suffisance presque légendaire, il poursuit ses attaques contre le régime à la tête duquel trône un président élu et qu’il appelle sèchement MACKY SALL. Par ses attaques et accusations absolument dépourvues du plus petit élément de preuve allant donc de nos ressources naturelles à nos milliards en passant par les « 1500 » qu’aurait coûté le TER, Sonko se voit parfois, ironie du sort, comparé à Mamadou DIA ou encore Cheikh Anta Diop. Deux figures du Sénégal qui n’ont jamais manqué de respect à l’État. Deux intellectuels d’une rigueur irascible qui leur dictait une éthique du comportement et une intelligence doublée d’une mesure et d’une élégance dans les déclarations pour l’intérêt exclusif de leur pays dont ils n’ont cessé de contribuer à la cohésion sociale. Tout le contraire d’un Sonko qui qui déclara un jour compter sur la Casamance, notre Casamance nationale, pour lui servir de bouclier. Prêt à se rendre chez le procureur ou à la section de recherches pour apporter la preuve qu’il y a eu détournement de 94 milliards, le député qui ne cesse de décrédibiliser l’assemblée nationale refusa de déférer à une convocation de ses pairs pour tirer cette affaire au clair. Comme un effet boomerang, l’arroseur se voit subitement arrosé par une jeune fille d’une vingtaine d’années. Oui, une certaine Adji Sarr, masseuse clandestine, fille à la morale douteuse selon ses proches, officiant dans une salle « sans agrément » où personne parmi celles qui y travaillent, ne connait rien de la kinésithérapie, cette fille qui y officie donc, masse notre « héros malade » en pleine période de pandémie où un couvre-feu est décrété dans la capitale. De quoi soulever l’ire de l’association des professionnels de la kinésithérapie qui sont montés au créneau pour que de tels agissements portés par Sonko et ces dames de nuits ne se reproduisent. Sonko s’y est rendu après 21h, heure d’entrée en vigueur de l’interdiction de circuler( quoi qu’il lui soit permis de circuler), pour un massage tonifiant et relaxant. Au lendemain, la pauvre jeune fille porte plainte contre la personne de l’honorable député pour dit-elle, viols répétitifs avec menace d’armes à feu. Mamadou Dia et Cheikh Anta, convoquons les encore, n’auraient jamais agi de façon aussi irresponsable ! Encore qu’à ce que je sache, les deux n’étaient mariés qu’à une seule femme. Sonko, Ibadou selon certains, a alors eu l’onction d’un Oustaz et le boulevard lui fut ouvert…vers le salon Sweet Beauté. Bon sang, si une plaine s’abat sur la tête d’un tel profil, qu’est-ce que diable, le chef de l’État a à voir avec? Comme pris de panique et toujours prompt à se défouler sur le président, le leader du Pastef convoque un point de presse et accuse Macky Sall de complot contre sa personne. Il refuse de déférer à la convocation des enquêteurs et exige que l’assemblée nationale procède à l’annulation de son immunité parlementaire. Enfin le bonhomme reconnaît qu’il existe bien une assemblée nationale au Sénégal. Bref, Sonko peut encore être compris sur cette énième incohérence. L’homme est d’une nullité stratégique et d’une légèreté éperdues. Il est coutumier de ses contradictions puisque suffisant, démagogue et gratuitement bavard sur tous les sujets. Ses militants et sympathisants, avec lui, et aveuglément, se font embarquer. Ils interdisent les autres de prendre leur contre-pied. Mieux, ils insultent à tout va quiconque ose leur apporter la moindre contradiction. Au point qu’ils sont devenus la terreur principale sur les réseaux sociaux, particulièrement sur Facebook, de tous ceux qui abhorrent les insanités. Bref, leur argument central demeure les injures. Quoi qu’il en soit, retenons que Sonko a affaire avec la justice de sa conscience, la justice tout court, et enfin avec cette fille du nom de Adji Sarr. Exclusivement ! Qu’il prépare sa défense et qu’on arrête de divertir les Sénégalais. Cette affaire est purement privée. De grâce, que le chef de l’État en soit épargné surtout. Le Macky Sall que nous avons appris à connaître et que nous pensons bien connaître, reste une personnalité au dessus de la mêlée. Avec lui le ministre Antoine Diome ainsi que le procureur, tous accusés de complot par cet arroseur arrosé qui a perdu le nord. D’ailleurs les hommes politiques avertis et intelligents, tout comme les défenseurs conscients des droits de l’homme demeurent prudents face à cette histoire. Nous laissons par conséquent la primeur des prises de position mêlées à des calomnies habituelles, à ce groupe que tout le monde connaît. À ce propos et en attendant que la machine judiciaire, sauf retournement de dernier instant se mette en branle, ce mot de Philippe Dessertine en 2015 dans Le Figaro peut nous servir à soutenir que le temps est le meilleur des juges. Oui, Dessertine affirmait : “Dans les périodes de grands changements, les caractères des dirigeants politiques sont déterminants.” En cette période de pandémie et d’apocalypse où le gouvernement du Sénégal n’a ménagé jusque-là aucun effort pour la sauvegarde de tout un peuple, si un cas d’école pareil intervient, il est heureux de constater toute la hauteur du chef de l’État son excellence le président Macky Sall qui a fini de se mettre dans la position d’un pilote qui voit très haut, vue l’immensité de sa responsabilité en ces moments troubles à l’échelle mondiale. Restez sur votre position pour l’intérêt supérieur de la nation Excellence Monsieur le Président de la République, c’est la meilleure posture en ces moments !

 

Mamadou Biguine Gueye

Journaliste consultant en communication.

laissez un commentaire