Ah, Me Wade ! : Il envoie les Sénégalais au charbon pour combattre pour son « prince de fils »

Me Abdoulaye Wade veut se mettre en ordre de combat. Pourvu que cela soit vrai. Ce à quoi, tous les démocrates, combattants de la liberté se battent jusqu’à présent. Qui a vu l’ancien Président de la République du Sénégal demander au peuple sénégalais marcher sur la rue pour réclamer des libertés démocratiques ou alors la baisse des prix des denrées de première nécessité. En réalité, pour toutes ces actions, Me Abdoulaye Wade a préféré garder le silence, sauf lorsqu’il était revenu de son long séjour en France pour dicter des actions à l’endroit du régime du Président Macky Sall, parce que son fils Karim Wade avait sa candidature à l’élection présidentielle être rejetée par le Conseil constitutionnel.

Me Abdoulaye Wade ne faisait que du bluff. A l’époque, c’était une stratégie pour lui de lancer un message à des personnalités pouvant faire la médiation entre lui et le Président Macky Sall afin que Karim Wade ne soit plus totalement poursuivi par la justice sénégalaise.

Me Abdoulaye Wade avait décidé de porter le combat en y entraînant le peuple sénégalais, alors que Karim Wade au Qatar, vivait de son exil doré ! Waouh ki kanla yaab (de qui se moque-t-il) ! Que la population descende dans la rue, se confronte aux grenades, aux balles des forces de l’ordre pour son fils Karim Wade qui se tape un massage asiatique dans son confort doré au Qatar !

Ce projet irréaliste mis sous le boisseau, après avoir tenté la carte de la négociation en piétine ou alors en échec, Me Abdoulaye Wade veut se montrer radical. Il indique : « Karim Wade et Khalifa Sall doivent se battre et ne pas surseoir à leur sort au gré de Macky Sall ».

Voilà, ce qui est beau.  Les nombreux Sénégalais sur la rue pour dire non à la hausse des prix de l’électricité seraient vraiment contents et très motivés, si Karim Wade cessait d’être le « peureux » et acceptait de mettre fin à son « exil doré » pour affronter comme eux les odeurs nacrées des gaz lacrymogènes.

La rédaction de Xibaaru