Ultimate magazine theme for WordPress.

Alpha Condé…un enragé du pouvoir

0

IL S’APPELAIT ALPHA

« En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal » disait MACHIAVEL. Arrive un moment en effet où il faut extirper la dent cariée car la rage devient insupportable. Alpha était enragé de pouvoir. D’opposant défenseur de la démocratie et symbole de la résistance à l’oppression, il a si bien copié la méthode des dictateurs tenant sous leur coupe réglée la liberté de leurs peuples qu’il en était devenu le porte étendard, le premier despote en Afrique de l’ouest, dernier mohican d’une lignée dont l’époque est révolue, mis à part quelques aventuriers démagogues nostalgiques de cette période sombre de notre récente histoire politique, nous autres africains. Il s ‘appelait Alpha. Il s’est cru en même temps l’Omega du peuple guinéen qu’il a longtemps tenu sous sa coupe réglée, en jouant sur les fibres ethnicistes et en domestiquant la justice, aux ordres de sa parole dogmatiquement liberticide. Paul Valéry avait déclaré qu’  » un État est d’autant plus fort qu’il peut conserver en lui ce qui vit et agit contre lui ». Celui qui l’incarne et finit par croire qu’il y parviendra par les menaces, les sanctions à portée de décret et la corruption sous toutes ses formes quittera pitoyablement le pouvoir, par un coup…d’État tout en éclat ! Quiconque abuse de la démocratie par un tripatouillage constitutionnel et une manipulation à outrance des institutions au point de les fragiliser pour augmenter son pouvoir au détriment de la démocratie prend l’échafaud, indubitablement. Qui en doute l’apprendra à ses dépends.

Que DIEU veille sur l’Afrique. du pouvoir

laissez un commentaire