Aujourd’hui 14 août 2017, les « insulteuses du net » libérées

Il était une fois les dames Amy Colle Dieng et Mame Penda Ba, deux personnes arrêtées pour des délits qui avaient irrités plus d’un peuple. La chanteuse était écrouée pour le délit d’offense au Chef de l’ Etat et son acolyte est arrêtée pour injures publiques. Quelques jours après leur arrestation elles vont retrouver la liberté en ce jour du 14 août 2017.

Leurs interpellations interviennent à un jour d’intervalle. La chanteuse est appréhendée par la Division des investigations criminelles (DIC) le 3 août et elle est directement inculpée. Après 5 jours de garde à vue, elle est placée sous mandat de dépôt, le 8 août pour le délit d’« offense au Chef de l’Etat et diffusion de fausses nouvelles ». Ses propos jugés outrageants ont été tenus dans un groupe fermé sur WhatsApp mais ont fini par être partagés de façon virale.
Après qu’Amy Collé a traité le Président de « saï-saï », c’est-à-dire un coquin qui n’a rien fait pour son pays, Penda Ba, elle, s’en est prise à la communauté wolof qu’elle insulte ouvertement. Dans une vidéo postée sur Facebook, et où elle apparaît drapée d’un tee-shirt de la coalition présidentielle elle déverse des injures et des insanités de toutes sortes sur les wolofs. Originaire d’Agnam, commune dont Farba Ngom est le maire, Penda Ba sera interpelée elle aussi pour injures publiques.
Après avoir été auditionnées dans le fond par le doyen des Juges d’instruction Samba Sall, Penda Ba et Amy Collé  Dieng bénéficient d’une liberté provisoire, le 14 août 2017. Dans un communiqué publié par Seydou Gueye, porte-parole du gouvernement, ces élargissements sont expliqués par les « nombreux appels à la clémence » et la « repentance des personnes incriminées ».

Mais bon nombre d’observateurs réfutent ces justifications et soutiennent qu’il y a des zones d’ombres dans ce dossier.