Ultimate magazine theme for WordPress.

Awadi : « Compaoré doit assumer le meurtre de Sankara »

0

C’est demain lundi 11 octobre 2021 que va s’ouvrir à Ouagadougou le procès de l’assassinat de l’ancien président du Burkina Faso, Thomas Sankara et 12 de ses compagnons.Parmi les accusés figure l’ancien président Blaise Compaoré, considéré comme le cerveau et le grand bénéficiaire de l’assassinat du père de la révolution burkinabé.

Blaise Compaoré, aujourd’hui en exil en Côte d’Ivoire, est poursuivi pour attentat à la sureté de l’Etat, de complicité d’assassinat et de recel de cadavres. L’autre personnage central de cette affaire est le général Gilbert Diendéré déjà condamné pour le coup d’État contre le gouvernement de transition de 2015. Il est poursuivi pour attentat à la sûreté de l’Etat, complicité d’assassinat, subornation de témoins et recel de cadavres.

Invité de l’émission, Jury du Dimanche, Didier Awadi se réjouit de la tenue de ce procès 34 ans après l’assassinat de Sankara. « Tout a été fait pour que ce procès ne voit pas le jour, rappelle-t-il. 34 ans, nous obtenons gain de cause grâce à l’abnégation, la passion de beaucoup de gens qui ont donné leur énergie comme Aziz S. Fall, la veuve de Sankara et tout un comité. Il faut leur rendre hommage parce qu’ils ont été tenaces. C’est au prix de leur vie et de beaucoup de sacrifices qu’on arrive à ce procès ».

Un procès pour l’histoire

L’activiste renseigne que beaucoup de puissances ne veulent pas de ce procès mais, pense-t-il, sa tenue nous édifiera : « Le procès va donc s’ouvrir pour qu’enfin ceux qui ont tué Sankara puissent répondre devant l’histoire, observe-t-il. Ils ont une position lâche en ne voulant pas se présenter. Mais l’histoire est en cours et rien ne pourra l’arrêter »

Évoquant l’absence de Blaise Compaoré à ce procès, il estime « qu’à un moment de la vie il faut prendre son courage et assumer ses actes. Quand on pose cet acte ignoble, si on aime son pays et qu’on vous accuse des faits aussi graves, on se met debout et on répond face à l’histoire. Quand il y a un crime on regarde à qui profite le crime. La première personne à qui profite le crime de Sankara c’est bien sûr Blaise. C’est qu’entre temps il a eu la nationalité ivoirienne mais je pense qu’il ne faut plus qu’on nous distrait ».

Poursuivant, Didier Awadi, repris par Emedia, invite Blaise Compaoré à se mettre à la disposition de la justice burkinabé : « Ce n’est pas parce qu’il a une nationalité ivoirienne qu’il a une déchéance de sa nationalité burkinabé. Si comme il le dit, il veut la paix au Burkina, il doit d’abord revenir au Burkina. Le procès doit enfin se tenir pour que la famille de Sankara puisse enfin faire son deuil. J’espère que ce procès sera le moment de la manifestation de la vérité. Parce que les coupables sont vivants ».

laissez un commentaire