Ultimate magazine theme for WordPress.

Bignona : Le choix du chef de village continue de diviser les populations de Djilacoune

0

Il y a une semaine environ, une partie des habitants du village de Djilacoune avait fait une sortie dans la presse pour montrer leur désaccord au choix porté sur le nommé Amady Ndaw pour être leur chef de village. La raison évoquée est le fait que le Monsieur en question vivrait à Dakar. Ils avaient alors rencontré le Préfet de Bignona, Lundi dernier, aux fins de casser ce qui est ressorti de la rencontre organisée par le Sous-préfet de Tenghori, rencontre à laquelle Amady Ndaw a été retenu pour remplacer leur défunt chef décédé depuis 2016.

Après avoir reçu le procès-verbal de la rencontre, le Préfet a décidé de ne pas transmettre le dossier d’Amady Ndaw, pas parce que les autres l’ont demandé mais plutôt parce que le consensus requis n’a pas été obtenu. Cette décision de l’autorité n’a pas été du goût du camp d’Amady Ndaw.

Ses souteneurs ont alors fait une descente jeudi à Bignona avec des brassards blancs (à l’opposé des premiers qui étaient en brassards rouges). Ils ont alors rencontré le Préfet, d’abord avec quelques délégués désignés mais après cela, le Préfet, lui-même, est allé rencontrer la foule pour faire les mêmes précisions sur ce que la loi prévoit dans le cas d’espèce.

En l’absence du consensus, l’autorité a indiqué qu’il va nommer un intérimaire pour six mois en attendant que les deux parties s’accordent sur un candidat consensuel. Le choix du Préfet est porté sur le jeune dénommé Ibou Ndaw, de la même famille que le prétendant au poste. Mais cette proposition du Préfet a été vite balayée d’un revers de main.

« C’est inconcevable de refuser le poste à l’aîné pour le confier à son neveu », ont-ils déclaré. Mieux, jusqu’à l’extinction du soleil, ces habitants du village ne reconnaissent qu’Amady Ndaw comme leur chef et personne d’autre car selon eux, son choix avait été entériné par la totalité des chefs de carré.

D’ailleurs le jeune proposé par les autorités pour gérer la transition a décliné l’offre. Ils demandent alors à l’autorité de ne pas « tomber dans le piège d’une minorité ». D’ailleurs, selon eux, la situation commence à avoir des répercussions sociales dans le village, des familles risquent la dislocation et la cohésion sociale sapée et tout cela, ils estiment que ce sont les conséquences des actes que pose l’autorité

L.BADIANE pour xibaaru.sn

laissez un commentaire