Commissaire Kéita défend la non limitation du mandat présidentiel

QUELQUES PRECISIONS SUR LA QUESTION DE LA PROPOSITION DE NON LIMITATION DU MANDAT PRESIDENTIEL

Depuis ce 13 décembre 2019, l’espace médiatique sénégalais est secoué par cette affaire de non limitation des mandats présidentiels que le quotidien l’Observateur a présentée comme étant une proposition de réforme que le camp de la majorité présidentielle a posé sur la table du dialogue politique national en cours. Alors que son article est plutôt la suite d’un entretien que lui a accordé Monsieur Serigne Mbacke NDIAYE, président du CLP et coordinateur du RAPEL. Nous avons pensé que certainement sa rédaction dont le propos n’est pas de mettre en doute la rigueur, pourrait avoir été distraite par la complexité du contexte de ce dialogue national, particulièrement marqué par des confrontations de toutes sortes d’idées et de propositions, et aussi par le fait que les acteurs qui s’y croisent portent à la fois plusieurs casquettes. C’est pourquoi, en ma qualité de porte-parole du RAPEL, je suis venu apporter quelques éclairages à ce sujet.

C’est effectivement Monsieur Serigne Mbacké NDIAYE qui a eu à échanger avec la rédaction du journal l’Observateur sur cette question, après la séance de travail du dialogue national qui a eu lieu le 12 du mois courant et au cours de laquelle il a évidemment été question de propositions de réformes politiques. D’ailleurs c’est ce qui explique le fait que le journaliste a eu à lui poser la question de savoir quelle est  la proposition de réformes qu’il avait à présenter. À cette question alors qu’il a répondu en disant nous (c’est-à-dire le RAPEL dont il est le coordinateur) en avons une qui est la non limitation du mandat présidentiel. Et c’est ce propos qui a été repris dans l’article paru le lendemain et attribué à la majorité présidentielle dont Monsieur NDIAYE ne porte pas la parole et qu’il ne dirige pas.

Ce qu’il faut ajouter est qu’en tant qu’organisation politique, le RAPEL a eu à plancher sur cette question après la passe d’armes ayant opposé à son sujet justement, son coordinateur à Monsieur Alioune TINE et a adopté de défendre l’idée de la non limitation du mandat présidentiel comme position de principe dans le cadre du débat national sur la forme actuelle et future des institutions de la république du Sénégal. Et il l’a même défendu lors de la conférence de presse qu’il a tenu le 06 Décembre 2019 au Café de Rome, en exposant ses arguments devant l’ensemble des représentants de la presse nationale qui étaient présents sur les lieux de la rencontre.

Et aujourd’hui plus que jamais, tout justifie qu’il puisse le faire, quand d’autres acteurs, pour des raisons qui tiennent à leurs convictions personnelles ou à leurs positions politiques se battent pour que des réformes soient entreprises pour barrer la route d’un troisième mandat au Président Macky SALL, comme ils disent. Sans que personne ne puisse leur contester valablement le droit de le faire. C’est de la même sorte, il doit être reconnu à d’autres citoyens le droit de pouvoir en toute responsabilité, penser qu’il est absurde et dangereux pour notre pays de verrouiller à deux les mandants successifs l’élection du président de la république du Sénégal. Le débat sur la forme des institutions de notre pays devant se poursuivre continuellement parce que tout simplement aucune œuvre humaine n’est parfaite.

Ceci n’est pas un plaidoyer visant à défendre la cause d’un certain troisième mandant que d’aucuns présentent à tort ou à raison, comme un péril qui guette la démocratie sénégalaise. Parce qu’ils tiennent absolument à clore définitivement le débat sur cette question à leur manière. Poursuivons donc de discuter de tout ce qui touche aux conditions de gestion des affaires de notre pays en évitant de nous enfermer dans des querelles inutiles. Parce qu’en tout état de cause le dernier mot reviendra toujours au peuple dans tout ce qui touche à l’organisation des institutions de la république.

Enfin, ce qu’il nous faut en vérité est d’inventer pour le Sénégal une architecture institutionnelle à même de porter efficacement son projet de développement économique et social. Ce que les options que sont ce fameux verrouillage de la présidentielle à deux mandats et la non limitation des mandats ne garantissent pas forcement. Des lors, le débat devra continuellement demeurer ouvert et serein pour qu’ensemble, nous puissions en tirer les meilleures solutions possibles aux problèmes de notre pays et aux préoccupations de son peuple.

CHEIKHNA CH SAADBOU KEITA  Porte-parole du RAPEL