Présidence à vie au Sénégal…une proposition de Serigne Mbacké Ndiaye

Le ministre Serigne Mbacké Ndiaye revient sur le communiqué signé par Benoît Sambou, coordonnateur du pôle de la majorité présidentielle concernant la présidence à vie et qui s’est démarqué de sa position. Pour Serigne Mbacké Ndiaye, c’est lui qui est à l’origine de cette proposition et qu’il y a confusion : « Je pense qu’il y a eu une erreur de compréhension dans la hiérarchisation des faits. Je reprends textuellement comment les choses se sont passées. Nous étions au niveau de la Commission du dialogue politique. L’opposition a posé un certain nombre de problèmes en disant : «Pour l’opposition, on ne peut plus être chef de parti et chef de l’Etat.» Pour eux, il faut qu’on en discute. La première réaction de Benoît Sambou a été : «On n’en discute pas. Nous n’avons pas mandat pour discuter de ces questions-là.» Moi, j’ai pris la parole pour dire : «Parce que l’opposition a dit une chose qui est vraie, que le Président Macky Sall nous avait dit qu’il n’y a pas de sujets tabous, et que tous les sujets qui font l’objet de consensus seront appliqués. Et s’il n’y a pas de consensus, on va se référer au président de la République qui va arbitrer.» J’ai dit au président de la Commission que si j’ai tenu à prendre la parole, c’est pour qu’on soit clair. L’opposition demande qu’on discute d’un certain nombre de points. Et la discussion sur ces points-là ou l’application des conclusions issues de ces questions-là entraîne une révision de la Constitution. J’ai dit, deuxièmement, si on va vers une révision de la Constitution, chacun y mettra ce qu’il voudra. Ou on s’entendra, ou on ne s’entendra pas et on fait appel au président de la République pour arbitrer. Ils ont dit : «D’accord.» Ce n’est pas la première fois que je parle de la non-limitation du mandat du président de la République. J’ai fait cette proposition qui n’est pas une proposition de la majorité en tant que telle. Moi, je fais partie de la majorité présidentielle, mais cette majorité a une seule voix, c’est celle de Benoît Sambou qui est coordonnateur, mais chacun a son point de vue. Ce n’est pas la première fois qu’il y ait dans les délégations, que cela soit celle de l’opposition ou du pouvoir, des voix discordantes. Ce ne sont pas des voix discordantes d’ailleurs. Moi, j’ai une proposition que j’ai faite au nom de notre coalition qui est le Rappel (Rassemblement pour la pérennisation du libéralisme). Je l’ai dit plusieurs fois et je l’ai rappelé à la presse. Donc, s’il y a une petite incompréhension, c’est à ce niveau-là….Non, je ne pense pas qu’il y ait manipulation. Qui va pouvoir manipuler ? C’est moi qui ai parlé et on ne peut pas m’accuser de manipulation. La presse n’a fait que rendre compte. Ce que la presse a dit, c’est moi qui l’ai dit. Et ce n’est pas la première ni la dernière fois. Je vais continuer à le dire. Maintenant, je précise que cela n’a pas été dit au nom de la majorité ou dans la salle du dialogue. La presse n’a fait que rendre compte de ce que j’ai dit » a-t-il clarifié dans un entretien avec nos confrères de l’Obs.