Coronavirus : des singes infectés développent une immunité

Ces études, « parmi les premières à démontrer que des singes peuvent développer une immunité protectrice contre le SARS-CoV-2, sont prometteuses », a salué la revue scientifique Science.

Des singes vaccinés ou infectés par le nouveau coronavirus ont développé des anticorps leur permettant d’être protégés contre une nouvelle infection, selon deux études « prometteuses » malgré les grandes différences entre les macaques et les humains, publiées mercredi par le journal Science.

Dans la première étude, neuf macaques adultes ont été infectés par un virus SARS-CoV-2. Après s’en être remis, ils ont été soumis à une seconde infection 35 jours plus tard. Tous n’ont alors montré que « peu ou pas de symptômes ».

« Ces données indiquent qu’une infection au SARS-CoV-2 a provoqué une immunité protectrice » chez les macaques, concluent ses auteurs tout en soulignant les « différences importantes » dans la contagion au coronavirus chez les macaques et les humains.

« Des études très encourageantes »

Dans la seconde étude, les chercheurs ont donné des vaccins expérimentaux à 35 macaques adultes.

Lorsque ces singes ont été infectés par voie nasale par le SARS-CoV-2 six semaines plus tard, « ils présentaient des niveaux d’anticorps dans le sang suffisant pour neutraliser le virus en deux semaines », souligne Science.

Ces niveaux étaient semblables à ceux détectés chez les humains en voie de rétablissement après avoir été contaminés par le nouveau coronavirus, d’après les chercheurs.

« Ce sont des études très encourageantes », a réagi Lawrence Young, un chercheur à l’université de Warwick qui n’a pas participé aux travaux.

Mais les infections au nouveau coronavirus « seraient différentes chez les humains, notamment la capacité du virus à infecter de nombreux autres tissus et cellules chez les humains. Les réponses immunitaires seraient aussi très différentes », met-il en garde.