Covid-19 : Plus d’un an après…l’OMS tergiverse sur l’origine du virus

Le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus

Une dizaine d’experts internationaux de l’OMS se sont rendus en Chine pour enquêter sur l’origine du SARS-CoV-2. Leur rapport, publié mardi, écarte la piste de la fuite d’un laboratoire et retient, entre autres, l’hypothèse d’une espèce intermédiaire dans la chaîne de transmission. Sans apporter de réponse claire.

Le mystère de l’origine du SARS-CoV-2 sera-t-il éclairci un jour ? La lenteur des autorités chinoises à accepter sur leur sol une mission de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), finalement rendue possible en janvier-février, puis les délais de cette dernière pour rendre son rapport, finalement publié mardi, indiquent que d’énorme pressions se sont exercées autour de cette investigation.

Dès son retour de Chine, mi-février, le chef de la mission, l’épidémiologiste danois Ben Embarek, avait expliqué, dans un entretien à Science, que le cadre politique était omniprésent tout au long des quatre semaines qu’a duré leur travail : « Nous étions toujours accompagnés de 30 à 60 collègues chinois, dont un grand nombre n’était pas scientifique et ne travaillait pas dans le secteur de la santé publique », avait-il dit au journaliste de la revue.

Plus d’un an après le début de la pandémie, cette mission composée de dix experts internationaux pouvait en outre difficilement mettre la main sur les premières traces du virus. Le marché de Wuhan, notamment, avait été complètement nettoyé depuis longtemps. Dans un entretien à TV5 Monde en février, l’un des membres de la mission, l’infectiologue australien Dominic Dwyer avait déclaré : « Les Chinois nous ont donné des résultats, nous aimerions recevoir les données brutes. »

Le rapport le reconnaît : de nombreuses données manquent à l’appel, et de grands flous subsistent dans l’émergence de ce coronavirus qui a causé, à ce jour, près de 2,8 millions de décès sur la planète. L’étude, longue de 120 pages, est co-signée par dix-sept scientifiques internationaux désignés par l’OMS… ainsi que dix-sept scientifiques chinois, dont une partie travaille dans des institutions gouvernementales. Aucune conclusion définitive n’en ressort.

Une bonne partie du rapport est consacrée à la question des transmissions humaines de coronavirus : le virus circulait-il déjà dans la population chinoise avant le cas repéré fin décembre 2019 au marché de Wuhan ? Si de nombreux chercheurs s’accordent aujourd’hui pour dire que ce marché a constitué un « événement amplificateur » sans être nécessairement à l’origine de l’épidémie, les experts de l’OMS n’ont rien trouvé pour étayer cette hypothèse d’une infection circulant déjà dans la population avant fin 2019. Leurs analyses suggèrent une « circulation non reconnue », précédant de peu l’événement de Wuhan.

oms
Émergence du SARS-CoV-2 : les quatre scénarios étudiés par l’OMS

La deuxième partie du rapport de l’OMS, plus restreinte, se penche sur l’émergence du virus. S’ils écartent la piste de la fuite d’un laboratoire (jugée comme « extrêmement improbable », même si le patron de l’OMS, critiquant le manque d’accès aux données brutes des experts internationaux, a réclamé mardi une nouvelle enquête sur cette hypothèse), les auteurs conservent parallèlement leurs trois autres hypothèses de départ, avec différents degrés de probabilité.

L’hypothèse d’une zoonose directe, provoquée par le passage du virus d’une espèce hôte, comme la chauve-souris, à la population humaine est jugée comme « possible à probable ». La deuxième hypothèse, celle du passage par une espèce intermédiaire avant la population humaine, est considérée comme « probable à très probable ».

Enfin, celle d’une introduction par une chaîne de produits alimentaires congelés est considérée comme « possible ». Ce dernier scénario est particulièrement privilégié par les autorités chinoises, qui défendent l’idée que le virus a pu émerger en dehors de la Chine.

Source Médiapart

laissez un commentaire