Démocratie Sénégalaise : Ibrahima Sène descend…Pierre Sané

Ibrahima Sène (à droite) répond à la chronique de Pierre Sané (à gauche) sur la démocratie Sénégalaise

DE LA DEFENSE DE LA DEMOCRATIE SENEGALAISE…Ma réponse à Pierre Sané

Voilà un Pierre Sané qui déconstruit avec talent, non pas le régime politique du Sénégal en particulier, que les Assises nationales ont mieux réussi à faire, et avec à la clef, des recommandations pour une réforme constitutionnelle prise en charge par le projet de réforme de la CNRI.

Mais, c’est le régime présidentiel avec tous ses avatars de pouvoir autocratique concentré et ses dérives autoritaristes dès que la majorité présidentielle coïncide avec la majorité parlementaire. C’est ce que l’on observe même dans les pays réputés de  » grandes démocraties » comme les États Unis ou la France.

Le Parlement dans un tel scénario est réduit en une  » Chambre d’enregistrement » de la volonté du Président de la République qui cumule de ce fait le pouvoir exécutif et la fonction de Président de la République, garant du bon fonctionnement des Institutions. Dans ce cadre, le Député dont la candidature est adoubée par le Président de la République, devient, non plus un Député du peuple qui l’a élu dans sa circonscription, mais un Député du Président de la République qui l’a investi.

Ainsi, en évitant de nommer de son propre nom le régime qu’il déconstruit, en faisant croire qu’il parle spécifiquement du régime du Président Macky Sall, il a fait preuve d’un manque décourage politique évident, et d’un manque d’éthique inqualifiable pour un ancien et éminent dirigeant d’une organisation mondiale aussi prestigieuse qu’est Amnesty Internationale.

Surtout, en se refusant de d’avancer sur un projet de réforme alternative des Institutions, il se contente de façon politicienne à ignorer le projet alternatif proposé par la CNRI, pour pouvoir donner un rôle honorable  au M2D , dont les organisations constitutives se sont ouvertement aligné derrière ceux qui, du 3 au 8 mars, ont tenté, par des émeutes destructrices et meurtrières,  » de prendre le pouvoir par la rue » en exigeant le  » départ du Président Macky Sall » démocratiquement élu par le suffrage du peuple.

Ils ont marqué   ainsi leur manque de considération au principe fondateur de la République démocratique historiquement constituée qui est le suffrage universel qui est le mode exclusif d’accès au pouvoir.

Ce faisant, Pierre Sané s’est révélé être un anti républicain et un adepte de la politique politicienne, pour faire du M2D, un moyen d’accéder au pouvoir sans passer par le suffrage universel.

Il a échoué dans la mission de réunir la » gauche plurielle » du Sénégal que lui a confiée le Parti Socialiste du Sénégal à cause de ses ambitions politiques personnelles qu’il va affichées prématurément lors des élections locales de 2014, où il a échoué lamentablement avec sa candidature indépendante de son Parti.

Le voilà aujourd’hui, qui prend du service auprès du M2D certainement poussé par la nomination de son ancienne employée dans Amnesty International qui vient d’être désignée, comme la nouvelle Présidente de cette organisation, qui est  hostile au Président Macky Sall, pour son refus obstiné, en conformité avec nos valeurs sociétales positives de satisfaire les revendications des LGBT.

Ces  » pro démocratie » locaux sont maintenant bien identifiés.

Les patriotes, républicains et démocrates du Sénégal ne se laisseront pas avoir par ces aventuriers des temps modernes.

   Ibrahima Séne PIT/Sénégal

Dubaï le 7 avril 2021.

laissez un commentaire