Emigration clandestine : Aminata Sakho parle de la faillite du système BBY

Lorsque le Président Macky Sall accédait à la magistrature suprême, l’espoir était immense. Étant le premier chef d’Etat né après les indépendances, toute la jeunesse avait les yeux bandés et une confiance aveugle en lui. Le cataclysme qui s’en est suivi est principalement dû à sa mauvaise gestion clanique et familiale. Ce qui pousse les jeunes à prendre la mer au péril de leur vie. Quand on veut tuer le mal, on s’attaque à ses racines. Ce qui veut dire qu’il faut mettre l’accent sur les facteurs endogènes et exogènes qui expliquent ce phénomène.
A première vue, il apparait clairement qu’ils sont encastrés, étouffés et asphyxiés dans cette prison à ciel ouvert qu’est devenu le Sénégal. Oui, le Sénégal, qui compte à peine 400 000 salariés sur 16 millions de personnes, est au bord du gouffre. Aucune perspective et aucun projet structurant ne se dégagent à l’horizon sous nos cieux. Tout se limite à des slogans creux et vides de sens. La seule prouesse qu’a réussie le Président Macky Sall est de nous avoir ramené à l’époque précoloniale. Tout est fait dans l’intérêt des étrangers plus particulièrement des français. Le peuple lui assiste impuissant à la mise à sac des finances publiques.
Le plan Sénégal Emergent ne peut pas servir de remède aux problèmes des Sénégalais, car il a été confectionné par et pour les français. Le port autonome de Dakar est contrôlé par le géant Bolloré, l’aéroport est entre les mains des Turcs, les opérateurs de téléphonie mobile sont essentiellement entre les mains des étrangers. Et Orange qui est l’un des symboles phares du néocolonialisme a vu son contrat renouvelé.
Depuis que le président Macky Sall est au pouvoir, tous les grands chantiers ont été servis sur un plateau d’argent aux firmes étrangères par le biais des marchés de gré à gré. Aucune transparence dans l’attribution des marchés publics.
Rien n’est fait dans l’intérêt des Sénégalais. Tout vise à les rendre vulnérable pour mieux les exploiter à l’approche des élections. Le Ter, malgré les 1200 milliards de FCFA qui y ont été jetés à travers la fenêtre, est à terre. La Der, nonobstant ses 10 milliards de FCFA, est devenue une poudrière marron-beige. Le Sénégal, qui est actuellement à la recherche de 1300 milliards de FCFA sur le marché, s’endette à coup de milliers de milliards de FCFA et utilise cette dette pour construire des centres de conférence à Diamniadio, une arène nationale, un stade olympique comme si la priorité du peuple se limitait à des salles de spectacle qui servent à organiser les meetings de la coalition Benno Book Yakkar. A titre de rappel, le niveau d’endettement est actuellement à 67,4% du Pib soit juste à 2 points du seuil fixé par l’Uemoa (70% du Pib).
Pendant ce temps, le peuple se morfond dans la douleur et la consternation. Des familles entières sont amputées de leurs enfants qui, faute d’avoir des dirigeants sobres et  vertueux, se jettent mains et pieds liés dans les vagues de l’océan.
A qui la faute ?
Aux responsables de la coalition Benno Bokk Yakkar ou à ceux qui votent pour eux ?
Il revient aux Sénégalais de comprendre l’utilité de la carte d’électeur. Cette carte que certains monnaient pour de modiques sommes d’argent est le seul moyen d’éviter à nos enfants de se perdre dans la nature.
Pour sortir de cette situation désastreuse, il faut relever l’économie, booster la croissance et favoriser la création d’emplois. Le Sénégal a besoin d’un homme qui voit grand. Un homme capable de transformer le rêve de ces jeunes en réalité. Et le seul qui a actuellement ce profil est celui qui a été éjecté nuitamment de prison et exilé de force. Le Président Macky Sall sait qu’il est le seul à pouvoir rendre aux Sénégalais leur dignité. Karim Wade est l’homme de la situation. C’est pourquoi, il ne veut même pas le voir en peinture.
S’il était sûr de ses forces comme il le prétend, il allait accepter de croiser le fer avec le fils du Président Wade. Mais, il sait pertinemment que cet ingénieur financier qui a fait un don exceptionnel de 5 000 Kits de test rapide d’une valeur de 250 millions de FCFA, à l’occasion de la COVID19, est la personne la mieux indiquée pour solutionner les problèmes de ces jeunes. Oui, Karim Wade est le docteur de la jeunesse Sénégalaise. Son retour est une demande sociale. Finissons-en, une bonne fois pour toute, avec ce cancer dénommé Benno Bokk Yakkar qui est en train de décimer ces jeunes comme le font les requins dans l’océan Atlantique et œuvrons pour le retour au bercail du candidat du peuple.
Aminata Sakho
Président du Mouvement Karim Présidente 
Adjointe de Karim Wade au Secrétariat National du PDS
Conseillère du Président Wade