Ultimate magazine theme for WordPress.

En 2024, Sonko va mettre en prison…Macky, Marème et Mansour Faye, Bassirou Gueye et le Doyen de Juges

3

En 2024, si Ousmane Sonko devient le 5ème Président du Sénégal, plusieurs personnalités à commencer par le couple présidentiel et leurs familles respectives iront en prison. C’est Sonko lui-même qui a menacé des juges, le Doyen des juges, les gendarmes et publiquement les anciens Présidents qui « doivent être fusillés ». Partout où il est contraint ou empêché par des forces de l’ordre, Sonko réplique en disant « 2024 n’est pas loin et je serai Président ». Des menaces voilées. Macky Sall, sa femme Marème Faye, son beauf Mansour Faye et les magistrats, les gendarmes et plusieurs hauts gradés de l’armée sont les cibles de Sonko en 2024…

sonkoOusmane Sonko s’est déjà mis dans la peau du prochain Président de la République du Sénégal. C’est pourquoi, il verse dans des menaces. Et, comme pour annoncer la couleur, Ousmane Sonko annonce de quoi sera fait la République en 2024, lorsqu’il sera Président. Avec Ousmane Sonko à la tête de l’Etat, ce sera lui l’accusateur qui traduira en justice tous ceux qu’il a inscrits dans son carnet, qui décidera des peines qui leur seront infligées. Sûr que, Ousmane Sonko va être un Président « spécial ».

D’ici 2024, le Président de la République Macky Sall, les membres de sa famille, de sa belle-famille, les magistrats, les hauts gradés de la gendarmerie, de la police, de l’armée qu’il a ciblés, peuvent commencer à prier et à se mettre à trembler. Ousmane Sonko leur promet le châtiment. Pour certains d’entre, Ousmane Sonko se montre même pressé de leur faire subir le sort qu’ils méritent à ses yeux certains parmi eux, en les exposant à la vindicte populaire. Ousmane Sonko réclame à la justice populaire de s’abattre sur eux.

Comme, c’est le cas pour l’ancien Procureur de la République Serigne Bassirou Guèye. Ousmane Sonko veut se servir de ce dernier comme exemple à l’endroit de toute autorité qui se mettra désormais à travers son chemin. Il a annoncé avoir déposé deux plaintes contre le magistrat. Une, au niveau de la Cour suprême. Une autre, au niveau de l’Inspection générale de l’administration judiciaire (IGAJ). Il explique : « L’Inspection générale n’a besoin d’une quelconque autorisation pour faire son travail. Par contre, pour la Cour suprême, il faut l’autorisation du ministre de la Justice », explique Sonko lors de sa dernière conférence de presse.

sonkoIl menace ces institutions auprès de qui, il a déposé sa plainte contre l’ancien Procureur de la République. Il déclare que si, elles ne réagissent pas et ne donnent pas suite à sa plainte. Il fera alors recours à la justice populaire, et rendra publiques toutes les informations qui impliquent Serigne Bassirou Guèye dans le complot le visant dans l’affaire qui l’oppose à Adji Sarr.  Des menaces qui ne sont pas voilées, mais qui se montrent très claires.

Ousmane Sonko se montre sous son véritable visage. Celui d’un grand dictateur, qui n’accepte pas la contradiction et qui veut que tout le monde soit sous ses ordres. Gare à ceux qui ne veulent pas se plier à ses injonctions. A Joal, il a publiquement menacé le commandant de la gendarmerie en promettant de sévir contre lui en 2024, lorsqu’il deviendra Président de la République du Sénégal. Il ne s’était pas gêné pour s’en prendre aux anciens Présidents de la République qui à ses yeux doivent être fusillés.

Ousmane Sonko veut se faire passer pour un démocrate qui fait l’objet de persécutions, alors que c’est tout le contraire. Il menace de ses foudres tous ceux qu’il considère comme étant à ses yeux, ses adversaires. C’est comme si, c’est toute la République qui doit se mettre à ses pieds. Ceux qui sont dans son collimateur, sont en tout cas avertis…

Mame Penda Sow pour xibaaru.sn

Afficher les commentaires (3)