Ultimate magazine theme for WordPress.

Macky fait paniquer Sonko…il ne se contrôle plus et balance tout

1

Entre Macky Sall et Ousmane Sonko c’est une rivalité que nul n’ignore. Voilà deux adversaires qui ne partageront jamais les mêmes visions. D’ailleurs, le leader du parti des patriotes africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) l’a confirmé. Sonko estime qu’il ne sera jamais un adversaire qu’on verra aller vers le régime en place. Mais cette rivalité prend une nouvelle tournure. Essoufflé par la traque de Macky, le maire de Ziguinchor abat ses dernières cartes.

En quête d’un troisième mandat suicidaire, Macky Sall est loin d’abandonner son projet de réduction de l’opposition à sa plus simple expression. Pour cela, l’actuel locataire du palais est en train de tout faire pour écraser la dernière poche de résistance. Ousmane Sonko et ses camarades incarnent cette opposition radicale qui fait des dégâts dans le « Macky ». Le chef de l’Etat a sorti les armes lourdes pour réduire au silence ces adversaires « nuisibles ».

mackyIncapable de faire face à l’avancée politique de Sonko, le Palais a entamé la traque des Pro-Sonko. Depuis le début de l’année, les grosses figures qui incarnent Pastef sont au fond des geôles sénégalaises. Ce qui fait dire à certains observateurs de la scène politique que s’identifier comme patriote est devenu un danger. Karim Xrum Xax, Outhmane Diagne, Papito Kara ou encore le journaliste Pape Alé Niang sont les premières victimes de cette traque lancée par Macky. Et si on en croit Sonko, le chef de l’Etat posséderait une liste de personnes à mettre en prison.

Si Macky agit ainsi, c’est parce que Pastef est devenu un véritable problème. Politiquement, Sonko est proche du fauteuil du Palais. Le maire de Ziguinchor a toutes les chances de prendre la place de son éternel rival en 2024. Pendant ces dernières élections, ce parti de l’opposition a gagné en puissance. De par les positions et les discours qu’il tient, le patriote en chef semble menacer la stabilité du pays. À entendre Sonko parler, on serait tenté de dire qu’il cherche la confrontation. Alors, Macky a agi en politicien.

Cette traque déloyale qu’il a lancée semble déstabiliser Ousmane Sonko. La peur se lit dans les agissements de Sonko. En moins d’une semaine, Sonko a fait deux sorties médiatiques. Ce qui n’est pas une habitude chez le patriote en chef. Mieux, il s’est même donné à un jeu de questions-réponses avec les journalistes. Ce pour riposter face aux assauts du pouvoir. Faut dire que la relance du dossier Adji Sarr n’augure rien de bon. Il risque la prison s’il est reconnu coupable…

mackyAlors Sonko montre les crocs. Lors de ces dernières sorties, il a révélé tous les dossiers « chauds » qu’il a sur Macky Sall et son entourage. Il a commencé par sortir un rapport de la gendarmerie qui conforte la thèse du complot dans l’affaire Sweet Beauty. Ce rapport, selon Sonko, place Serigne Bassirou Gueye au cœur du complot. L’ancien Procureur est accusé d’avoir falsifié le PV d’enquête. Une révélation qui a fait l’effet d’une bombe. Car depuis que le document est partagé sur les réseaux sociaux, des sénégalais commencent à avoir des réserves sur cette affaire.

Sonko, dans sa riposte contre Macky, a lancé une seconde bombe dans le jardin de son adversaire éternel. Il s’agit de la gestion foncière du chef de l’Etat. « Une famille israélienne a eu un contrat avec le Sénégal pour un montant de 196 milliards environ. Une somme qui est destinée à l’achat d’armes », a déclaré Sonko. Une révélation qui risque de secouer le siège de Macky Sall. Si cette offensive de Sonko continue, le locataire du Palais se retrouvera dans une situation des plus inconfortable avant la présidentielle de 2024.

Mais en agitant ces armes au lendemain de son audition, Sonko affiche une grosse peur pour la suite dans l’affaire « Sweet Beauty ». Comme un lion agonisant, Sonko donne ces derniers coups de griffes. Si sa peur n’avait pas pris le dessus, le maire de Ziguinchor aurait gardé ces informations secrètes. Ces documents auraient pu lui permettre d’achever le régime finissant de Macky. Mais comme on dit, « celui qui a été mordu par un serpent, aura peur d’une corde ».

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (1)