Épingles par l’ARMP : Les ministres et DG fautifs doivent être virés

Des rapports, l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) en produit à gogo annuellement. Mais que diable, deviennent tous ces rapports ? Rien, si ce n’est que bon à jeter dans la poubelle. Pourquoi ? Parce que ces rapports prouvent à suffisance, à quel point la mal gouvernance gangrène aujourd’hui la société, surtout au niveau des plus hautes autorités de la République.

Aujourd’hui, se faire épingler à travers un rapport de l’ARMP est devenu même une licence pour se faire promouvoir à d’autres postes plus importants. Le cas le plus illustratif est celui du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Cheikh Oumar Hanne. Un individu pris en flagrant délit dans des passations de marchés publics faites de gré à gré. Cheikh Oumar Hanne a-t-il pour autant inquiété pour cela ? Que non. L’homme qui était Directeur général du Centre des œuvres universitaires de Dakar, s’est même retrouvé ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique au lendemain de l’élection présidentielle de février 2019 suite au remaniement ministériel qui s’en est suivi.

Aujourd’hui, Cheikh Oumar Hanne peut se permettre de narguer le peuple, l’ARMP comme pour montrer que la mal gouvernance peut-être un « certificat de promotion pour toute autorité ». Qu’en est-il de la transhumante Awa Ndiaye, ministre de la Femme et de la Famille sous Me Abdoulaye Wade qui malgré tout le préjudice, n’a fait que faire rigoler les Sénégalais avec ses célèbres cuillères vendues à plus de 20 000 FCFA, l’unité. Ne voit-on pas la dame occuper aujourd’hui le poste de Présidente de la Commission de protection des données. Un poste équivalant au rang de ministre.

Ainsi va le Sénégal. Le Président de la République Macky Sall doit agir pendant qu’il est temps et prouver aux Sénégalais que le temps de la gestion sobre et vertueuse des deniers publics est bien à l’heure comme il l’avait promu en 2012, lorsqu’il demandait pour la première fois les clés de la nation. C’est dire qu’aujourd’hui, tous ces ministres et directeurs généraux de sociétés nationales ne doivent qu’être virés de leurs postes.

La rédaction de Xibaaru