Affaire corruption Massata-Al Khelaifi : l’énorme pression du Qatar sur la France

Mise en examen de Khelaïfi et Massata en France…Quand le Sénégal coopère avec une commission rogatoire qui entend Massata Diack, le Qatar fait pression en menaçant de bloquer des contrats juteux avec la France.

Le sénégalais papa Massata Diack et le président du PSG, le Qatari Al Khelaifi ont été mis en examen par le même juge Renaud Van Ruymbeke qui est aujourd’hui à la retraite. Si le Sénégal coopère avec la justice française pour entendre Massata Diack, le Qatar, par contre fait pression sur la France pour lever la mise en examen de son compatriote.

Le président du PSG a été mis en examen par Renaud Van Ruymbeke pour corruption active. Le juge d’instruction au pôle financier du tribunal de Paris le soupçonne d’avoir validé un versement de 3,5 millions de dollars en faveur de la société sénégalaise, Pamodzi Sports consulting, appartenant à Papa Massata Diack, fils de Lamine Diack, afin de faciliter l’obtention des Mondiaux d’athlétisme à Doha en 2017.

Du côté du Sénégal, Papa Massata Diack a été entendu mardi 5 novembre par un juge d’instruction du palais de justice de Dakar dans le cadre d’une commission rogatoire.

Du côté du Qatar c’est tout autre chose. Selon les informations, l’émir du Qatar, le Cheikh Tamim Bin Hamad Al Thani, ne digère toujours pas la mise en examen du président du PSG Nasser Al-Khelaifi pour corruption active par le juge Renaud Van Ruymbeke en mai dernier. Selon les dernières informations, le Qatar est tout près de renoncer à une commande de 490 véhicules blindés passée au constructeur français Nexter, dont la valeur équivaut à environ 2 milliards d’euros. L’heure serait si grave que l’Elysée a dépêché à Doha la ministre des Armées Florence Parly en début de semaine pour tenter de sauver ce juteux contrat, capital pour le groupe français d’armement.

Quand le « Grand » Sénégal se soumet…Le « petit » émirat se rebelle.