Ultimate magazine theme for WordPress.

Franc CFA : Chérif Ben Amar Ndiaye demande au Sénégal de créer sa monnaie

Chérif Ben Amar Ndiaye
0

OSONS le « GAÏENDE », notre monnaie nationale !

OSONS sortir du CFA, notre servitude consentie !

« Chaque génération a le choix entre trahir ou accomplir sa mission ». Cette interpellation de Frantz Fanon aux générations d’intellectuels africains, continue de secouer nos consciences et demeure d’une actualité pesante. Le franc CFA, cet avatar colonial continue de nous enchainer dans une sorte d’esclavage des temps modernes anachronique et révoltant. Il nous enferme dans une servitude consentie, à l’image de l’esclave qui libéré, ne sachant où aller ou que faire, retourne chez le maître par peur de la liberté.

La question de la monnaie CFA est entourée de mysticisme et d’appréhension complexes qui freinent toute réflexion sereine et responsable. La France en véritable propriétaire de son bien exerce de manière brutale ou feutrée, un « terrorisme » intellectuel ou politique sur toute tentative d’expropriation de sa création diabolique. Le torpillage de l’ECO en gestation, avec la complicité de des deux piliers de son pré carré néocolonial, en est une parfaite illustration.

Je veux lancer ici, à la nouvelle génération politique sénégalaise (Abdourahmane Diouf, Ousmane Sonko, Malick Gakou, Bougane Dany et autres) qui font du patriotisme économique et de la souveraineté nationale, un fond commun politique, légitime et engagé, un appel vibrant pour prendre leur responsabilité historique d’abattre le monstre CFA et d’engager le Sénégal dans la voie de l’indépendance monétaire. Malgré les cris d’orfraie des sceptiques, les intimidations occidentales, les railleries d’experts économiques et financiers de tous bords qui vont jaillir dans l’opinion nationale et internationale, il faut oser renverser l’histoire.

cfa
Le siège de la BCEAO à Dakar

Le Sénégal peut-il sortir de la zone-franc ?

Le franc CFA a été créé le 25 Décembre 1945. Les accords de coopération monétaire conclus en 1972-1973 entre le Gouvernement français et chacune des zones CFA, prévoient des clauses de retrait unilatéral (articles 12 et17). Depuis la création du CFA, la Tunisie et le Maroc ont créé en 1958 leurs monnaies respectives, définies par rapport à l’Or. En 1962, dés son indépendance, l’Algérie créait son propre institut d’émission et sortait de la zone-franc.  La République Malgache en est sortie en 1973, suivie de peu par la Mauritanie.

Cette énumération sommaire veut juste signifier qu’on peut sortir de la zone Franc sans périls même si des risques peuvent exister. Certains pays comme la Guinée et le Mali en sont sortis et y sont revenus, mais leurs retours n’ont pas changé leur destin en mieux. L’exemple des pays magrébins est plus éloquent par la maitrise de leurs monnaies. Le Maroc est très inspirant qui, par sa bonne politique et gestion monétaire a propulsé son économie en puissance économique en termes d’investissements bancaires dans les pays africains, notamment dans les pays francophones de la CEDEAO tenaillés sous le corset du CFA.

Pourquoi sortir de la zone Franc ?

La France n’est plus la puissance dominante en Afrique. Ses Investissements directs économiques et financiers sont plus effectués dans des pays hors zone CFA. De plus en plus les pays africains diversifient leurs relations de partenariats. La chine prend de plus en plus des parts de marché, en investissements et prêts ou dons financiers, dépassant largement l’aide publique au développement provenant des français.

Par contre la France continue de bénéficier largement de la balance commerciale des pays africains qui est excédentaire en sa faveur. Ses entreprises multinationales ou pme implantées sur le continent, y contribuent fortement, bénéficiant royalement de la libre transférabilité du CFA en Euro. Il en résulte un rapatriement massif dans les banques européennes des bénéfices engrangés en Afrique et qui n’y sont pas investis.

cfaDepuis son arrimage à l’Euro et sa fixité y incluant, le CFA est devenu un « Euro tropical » surévalué qui importe les règles de Maastricht en Afrique et qui nous imposent des politiques budgétaires contre-indiquées pour sortir du sous-développement. Nos exportations sont pénalisées ou taxées par l’Euro fort et nos importations sont de ce fait des atouts en faveur des produits exportés par les entreprises françaises sur le continent.

La détérioration des termes de l’échanges déjà expliquée par Senghor est toujours en vigueur même renforcée. Nos pays vivent largement des recettes douanières du fait de nos dépendances structurelles aux importations massives que le CFA favorise.

La stabilité monétaire tant vantée par les experts financiers de la françafrique, nous fait payer un prix trop élevé, celui de l’atrophie de nos faibles économies. Le plafonnement de nos dépenses publiques cher au FMI, nous empêche de financer convenablement notre secteur privé, notre agriculture et de favoriser efficacement la transformation de nos ressources sur places. Cette discipline budgétaire imposée nous contraint de financer plus ou moins exclusivement ou largement nos politiques publiques infrastructurelles, économiques et sociales par de l’aide publique au développement (dons ou crédits) apportée par les bailleurs de fond internationaux.

Le Sénégal doit-il, peut-il avoir son indépendance monétaire et battre monnaie ?

D’abord convenir que la perspective d’une monnaie unique de la CEDEAO (L’Eco) est dans l’impasse. Les mesures de convergence des Etats à instaurer sont gelées jusqu’en 2025 ou 2027, pour une nouvelle date d’entrée en vigueur de la monnaie. Un autre aveu d’échec certain. Les divergences entre les dirigeants de l’UEMOA et le géant de la CEDEAO qu’est le Nigéria bloquent le processus d’intégration monétaire. En effet des clivages sérieux sur les statuts de la future banque centrale et le régime de change de la monnaie commune, persistent et menacent de reléguer aux calendres grecs la création effective de l’Eco.

Les françafricains ont montré leur préférence pour la tutelle monétaire française plutôt que la domination nigériane. Une nouvelle feuille de route attend encore d’être formalisée. Ainsi de report en report, l’Eco ne risque-t-elle pas l’enterrement ?

Les afro-souverainistes et les farouches partisans du patriotisme économique sénégalais se retrouvent, par ce pessimisme ambiant et ce blocage entretenus par la France, devant l’opportunité historique salutaire de doter enfin le Sénégal de sa propre monnaie. Comment concevoir et réussir le patriotisme économique sans souveraineté monétaire ? Comment promouvoir une politique de « sénégalisation » de notre République, de nos institutions et de recouvrement de notre identité culturelle et sociétale, sans notre indépendance monétaire ?

Des exemples de réussite d’indépendance monétaire, comme celui du Maroc, font légion et sur lesquels nous pouvons nous inspirer pour enfin nous libérer des corsets du FMI et de L’Euro. A l’ère du Sénégal pétrolier et gazier, de la perte d’influence française et du multilatéralisme maitrisé, nous avons des atouts majeurs pour nous émanciper et nous développer par nous-mêmes, après plus d’un demi-siècle de servitude volontairement entretenue.

En outre et en perspective, le Sénégal pourrait prendre le leadership pour promouvoir une véritable monnaie communautaire à long terme. Car si un des piliers du pré carré français tombe, il entrainera l’effondrement du château. D’autant que l’affaissement de l’influence française sur l’axe Ouagadougou-Bamako- Conakry est en cours.

Pour vaincre les jérémiades et récriminations des experts financiers qui ne manqueront de nous alerter sur les risques et périls de créer notre propre monnaie, disons-leur que les pays africains les plus prospères sont les pays qui battent leur propre monnaie et sont hors zone CFA. C’est donc une question de volonté politique.

Voilà pourquoi je propose à la future monnaie sénégalaise le nom de « GAÏENDE ». Le lion politique qui osera placer au cœur du débat des présidentielles de 2024 et instaurer la question de l’effacement du CFA et de notre vraie indépendance monétaire dans son programme politique, sera le Héros légendaire que l’histoire du Sénégal placera aux côtés de ses dignes et illustres figures emblématiques.

OSONS-LE ET AINSI SOIT-IL !

Chérif Ben Amar Ndiaye

Le sénégalien

laissez un commentaire