Ultimate magazine theme for WordPress.

France : il frappe sa fille de 4 mois…Il prend 6 mois de prison ferme

0

À plusieurs reprises, parce qu’il était malheureux, le père de famille avait frappé sa petite fille de quatre mois. Ce mercredi 16 juin 2021, le tribunal de Vannes (Morbihan) l’a condamné à six mois de prison ferme.

Un homme de 31 ans a été condamné, ce mercredi 16 juin 2021, par le tribunal correctionnel de Vannes (Morbihan) pour avoir violenté sa petite fille de quatre mois. Il l’avait frappé à plusieurs reprises entre février et juin 2019.

Le 19 juin 2019, son épouse se réfugie chez ses parents avec sa fille. Son bébé présente deux hématomes importants sur les joues, et elle suspecte son mari. Des soupçons corroborés par un premier épisode de violence à son encontre.

En effet, quelques mois plus tôt, l’homme a été condamné pour avoir tenté d’étrangler sa femme. Ce 19 juin, le bébé avait été confié à son père, le temps que sa femme se rendre à des obsèques. À son retour, l’homme a du mal à donner une explication sur les marques que porte sa fille. Il l’a trouvé comme cela, « elle a dû se cogner contre les barreaux de son lit ».

Au cours de sa garde à vue, il donne plusieurs versions. Il accuse d’abord le chien de ses beaux-parents, qui aurait donné un coup de patte. Avant de reconnaître avoir giflé son bébé, une seule fois. « Je donnais le biberon, lorsque j’ai voulu frapper violemment le chien qui a touché la petite, et je l’ai touché aussi. »

« Lorsque ma fille pleurait »

De l’audition de l’entourage familial, ressort que l’homme est colérique et violent, et la peur du bébé lorsqu’il voit son père en dit long.

Finalement, les conclusions du médecin légiste confortent les soupçons : les hématomes émanent d’une gifle d’une forte puissance.

À l’audience, la présidente évoque plusieurs épisodes de violence. À la barre, cette fois le jeune père de famille avoue, mais minimise. Cet homme « pas très heureux en couple » décrit le contexte familial, pour tenter d’expliquer sa violence.

Il évoque les disputes permanentes entre sa famille et sa belle-famille, qui lui font « péter les plombs. J’étais tellement à bout. Je m’énervais et devenais agressif. Je reconnais avoir donné des fessées lorsque ma fille pleurait. »

Face à ce discours égocentré, Me Faure, en partie civile, fustige : « Peu importe, on ne porte pas de coups sur un bébé de quatre mois parce qu’on est malheureux. Quelle garantie que cet homme n’explosera pas à tout moment dans l’avenir », s’inquiète le conseil, avant de réclamer une protection.

« Une bombe à retardement »

Pour l’expert psychologue, le prévenu qui « part au quart de tour, est une bombe à retardement. Il est indispensable que cet homme, qui ne connaît pas d’autre réponse que la violence, soit pris en charge ».

La substitut du procureur revient sur la personnalité de celui qui « cogne dure, même sur son bébé ». Un homme au parcours compliqué certes, mais qui se victimise et a besoin de soins.

À titre de sanction, elle requiert deux ans de prison avec sursis probatoire. Elle réclame également le retrait de l’autorité parentale. En défense, Me Laroze-Le port évoque l’enfance truffée de carences de son client immature, qui sait très bien qu’il a franchi les limites de l’interdit.

Le tribunal est allé au-delà des réquisitions en condamnant le prévenu à deux ans de prison, dont dix-huit mois avec sursis, associé à des soins, et au retrait de l’autorité parentale.

laissez un commentaire