Gaston Sangaré : « Pourquoi descendre si bas… »

Des intentions seraient déclarées de vouloir faire voter par l’Assemblée Nationale, une loi tendant à écarter certains, des opposants surtout, du jeu politique en les rendant inéligibles.
Ce serait la plus grande bassesse de l’histoire politique et parlementaire du Sénégal indépendant. Et j’ose espérer que le patron de l’apr n’acceptera pas que le nom de son parti soit cité dans une telle infamie.J’ose espérer aussi que les députés de cette législature refuseront, quelle que soit leur appartenance, de valider une ignominie pareille. Il faut travailler pour la postérité, HONORABLES, si vous n’êtes pas “honorables”. Une majorité parlementaire ne signifie pas une méchanceté absurde et aveugle. Quand les hommes perdent la raison, il vaut mieux les mettre dans un zoo que dans une Assemblée Nationale. Les hommes et les femmes responsables et réfléchis sont entrain d’apporter, de très belle manière, la contradiction à Sonko par des chiffres, des faits et des réalisations. C’est ça l’arme des hommes intègres. Qu’on les croit ou qu’on ne les croit pas, ils sont entrain d’agir en personnes civilisées, en citoyens qui comprennent ce que c’est que LA DÉMOCRATIE. Il faut saluer leur sérénité car eux, au moins, ne sont pas dans le jeu enfantin de la démocratie. Certains pensent que la plupart des sénégalais sont comme eux qui, dès que leur chef parle, c’est “dieu” qui a décrété. Et cette catégorie de gens souffrant de cécité politique et de dignité, doivent faire un tant soit peu d’effort, si tant est qu’ils en sont capables, pour comprendre que tout ce que Sonko dit n’est pas avalé par tous les sénégalais comme un comprimé d’aspirine. Et les politiciens sénégalais doivent se convaincre maintenant que beaucoup de citoyens sont en avance sur eux, de la majorité comme de l’opposition: beaucoup de citoyens les entendent mais ne les écoutent pas. La seule chose que je regrette( regret qui va m’accompagner dans ma tombe), c’est d’avoir, par le biais de mes votes, été un acteur des deux alternances. J’ai été déçu à tous points de vue car je pensais avoir autre chose que ce qui se passe aujourd’hui dans mon pays. Et je ne me reproche pas d’avoir été distant par rapport à cette politique politicienne qui sévit dans mon pays: je n’ai jamais milité dans un parti politique, je n’ai jamais eu de leader politique car l’expérience prouve qu’à mesure qu’on avance dans l’histoire, ceux qui viennent sont pires que ceux qui sont passés. Je terminerai par lancer un appel pressant au jeune HONORABLE, Abdou MBOW, que je ne connais pas et qui ne me connaît pas: je ne le vois que dans ses interventions lors des débats. Certains esprits tordus ont vite fait de dire que je suis contradictoire! Je l’assume. Mais vu le rôle positif que le jeune honorable a joué lors du vote de la loi d’habilitation pour faire enlever certaines formulations démagogiques, je me dois d’espérer qu’il en fera autant pour éviter un discrédit  à son groupe. Donc, HONORABLE Abdou MBOW, je vous en prie,  prouvez que le pays peut compter sur votre sens de l’honneur. De grâce, revenons à la raison.
Gaston SANGARÉ 
Inspecteur de l’Education à la retraite