Grève du Sytjust…des étudiants pour remplacer les grévistes

Depuis des mois, le fonctionnement de la justice est paralysée par le syndicat des travailleurs de la Justice (Sytjust) en grève. Face à cette situation, un groupe de jeunes juristes en chômage et étudiants en doctorat à l’Ucad propose des solutions.

A l’endroit du président de la république Macky sall et au ministre de la Justice Me Malick sall, nos diplômes en chômage sollicitent l’organisation d’un concours ou un recrutement en procédure d’urgence — ou mode Fast-Track —afin de leur permettre de se substituer aux greffiers grévistes du Sytjust.

« Chaque année à la faculté des sciences juridiques de l’Ucad, plus 50 étudiants soutiennent des thèses de doctorat avant de se retrouver sans emploi. Sans compter les milliers de licenciés et maitrisards en droit qui désespèrent de pouvoir entrer dans la fonction publique. Donc l’Etat n’a qu’à nous donner nos chances, quitte à organiser un concours ou un recrutement en procédure d’urgence. Ce jour-là, le président de la République verra des milliers de candidats diplômés en droit prêts à être greffiers » propose El. M. Diop, l’un des étudiants en année de doctorat à l’Ucad, pour contourner la grève du Sytjust.

Comme preuves, il cite le dernier concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration (Ena) où les inscriptions avaient dépassé la barre des 6.000 candidats dont la majorité écrasante sont des licenciés et maitrisards dans différences filières.

« Souvenez-vous également du récent concours d’entrée à l’Ecole des douanes où près de 50.000 postulants avaient fait exploser le portail d’inscriptions. Pour tous ces concours, il n’y avait que quelques dizaines de personnes à recruter. Juste pour vous montrer comment ils sont nombreux à vouloir être greffiers. il suffit juste d’organiser un concours en procédure d’urgence et le pouvoir sera édifié ! »

Source Le Témoin