Ultimate magazine theme for WordPress.

Guerre contre la covid-19…Félix Mboup accuse artistes et journalistes

Ibrahima Felix Mboup, Professeur de Lettres Modernes
0

PRESSE ET ARTISTES, ABSENTS DE LA CROISADE CONTRE LA REDOUTABLE COVID

A mon humble avis , aucun soutien , de quelque nature qu’il soit , ne devait être apporté par l’Etat au monde de l’art et à la presse, dont l’implication dans la lutte contre la covid n’est pas visible. Par manque d’inspiration et de génie , certains de nos artistes n’ont pu jouer leur partition , qui devait consister à agir sur le comportement des citoyens .D’autres, n’étant pas associés au combat , n’ont pas mis à contribution leur génie. Nous nous rappelons les messages de certains chanteurs comme Youssou Ndour, Dial Mbaye , Cheikh Lô, qui ont amené les masses à prendre conscience de la nécessité de la propreté du corps et de l’environnement dans la prévention contre certaines maladies. Nous nous souvenons du duo de Viviane et de Fou Malade  destiné à l’utilisation de la moustiquaire imprégnée. Le message de l’artiste, s’il est bien conçu et éloquemment énoncé , peut bel et bien avoir un impact décisif sur la mentalité des gens qui le reçoivent. Mais , de nos jours , les artistes ont la main dans toutes les sauces , et le vrai travail artistique qu’ils devaient faire , et qui nécessite une retraite des mondanités et un repli sur eux-mêmes, n’est plus privilégié .Cela s’explique par leur dure condition .Or , de la condition de l’artiste dépend la mission qu’il est censé remplir .Quant aux écrivains , ils ne sont même pas cités parmi ceux -là dont la parole plaît à dieu et aux hommes , et qui pourraient influer sur la manière dont la maladie devait être appréhendée par les masses .Tout au début de la crise , j’avais évoqué la vision prophétique de Camus qui avait clos La Peste par un appel destiné à l’humanité pour une préparation aux futures pandémies .C’est dire que les artistes ont leur place dans la société , car , si les scientifiques agissent sur le corps et la nature , les artistes , eux ,forgent et rectifient la conscience humaine .Mais , pour que les artistes puissent jouer leur rôle dans la cité , il faut que l’Etat puisse les retrouver dans leurs préoccupations et desseins .Depuis longtemps , nous avons à la tête du département de la culture , des gens qui confondent culture et folklore, et creusent davantage le fossé séparant artistes et technocrates. La culture aux hommes de culture, et à ceux qui la sentent, et non aux bureaucrates et politiciens qui ne la conçoivent pas clairement ni ne perçoivent ses vrais enjeux et finalités.

La démission de la presse

Une malédiction semble frapper la presse qui se préoccupe plus des biens mondains que de la mission de veille, d’alerte et de sensibilisation. Chacun a sa propre conception de la presse. Mais, l’on doit reconnaître que, dans des pays où l’Etat de droit tarde à être implanté, la démocratie balafrée, les droits de l’homme violés, il urge de faire de la presse un moyen de contribuer à la construction d’un pays libre et prospère. Voilà le sacerdoce auquel doit se dévouer tout journaliste éclairé et patriote. Les débats, émissions, documentaires, tout ce qui se passe dans la presse, ne prennent pas en compte, comme il se doit la priorité du moment, qui est la lutte contre la pandémie, véritable spectre hantant le sommeil de toute l’humanité. Dès lors, s’impose la tenue des assises de la presse qui devra mettre l’accent sur la refonte des cahiers de charges et leur réorientation plus vers l’utile que vers le sensationnel et le clinquant. Je regrette de constater que des segments importants de la société ne se sont pas engagés dans l’éradication du mal qui nous ronge le cœur et habite l’esprit. Nous nous devons de faire notre introspection, en opérant des ruptures profondes, lesquelles rupture passeront nécessairement par le changement de nos mentalités et de notre rapport avec l’argent que Balzac appelait « le dieu qui gouverne  »

Ibrahima Felix Mboup

laissez un commentaire