Il tue sa fille en la poussant dans le fleuve

Un père tue sa fille de 11 ans en la poussant dans le Rhône pieds et poings liés

Dans la matinée du jeudi 23 juillet 2020, un père de famille a avoué avoir volontairement poussé sa fille de 11 ans dans le Rhône afin qu’elle se noie, comme le rapportent nos confrères du Midi Libre.

Cela faisait près d’une semaine que les autorités étaient à la recherche de Sarah, une fillette de 11 ans. En effet, alors qu’elle était sous la responsabilité de son père la jeune fille a fait une « terrible chute » qui lui a coûté la vie . C’est en tout cas ce qu’a raconté le père à la mère lorsqu’il l’avait appelée pour la prévenir.

Peu après son appel, il avait immédiatement coupé son téléphone. Dès lors, une enquête pour disparition avait été ouverte pour rechercher la petite Sarah. Le père, en fuite, a finalement été repéré, mercredi 22 juillet 2020, et placé directement en garde à vue par les policiers de l’antenne d’Avignon du SRPJ de Montpellier. Questionné sur cette étrange après-midi, il a évoqué la thèse de l’accident pour parler de la mort de Sarah.

Les raisons de son acte encore inconnues

Mais dans la matinée du jeudi 23 juillet 2020, alors que le corps de la fillette a été retrouvé dans le Rhône, Philippe Guemas, le procureur de la République d’Avignon a dévoilé, selon le Midi Libre, que le suspect était revenu sur ses propos. « Au moment même où on a découvert le corps de la fillette, le père a reconnu l’avoir poussée à l’eau et laissée se noyer.

Les raisons de son geste sont très floues. On est dans un contexte de séparation très conflictuelle. Est-ce qu’il a agi par vengeance, ou pour je ne sais quel ressentiment ? Ses explications sont encore très floues », a-t-il annoncé. Pour l’instant, les causes de cet acte n’ont pas été révélées. L’enquête a été requalifiée en « meurtre sur mineur de moins de 15 ans ».

Le père de Sarah, d’origine espagnole, était depuis 18 mois séparé de son épouse. Cette dernière avait mis fin à leur relation à cause de l’alcoolisme et la violence conjugale du père. Le père n’avait aucun droit de visite ni d’hébergement. Il était d’ailleurs retourné vivre en Espagne. Ce n’est que très récemment, lors de son retour près d’Avignon, que ce dernier avait repris contact avec son ex-épouse afin de revoir sa fille.

Après un week-end sans encombre, tout a basculé le 18 juillet 2020, lorsqu’il a commis l’irréparable. Toujours selon le Midi Libre, une autopsie devrait être rapidement effectuée à l’institut médico-légal de Nîmes afin de déterminer si la fillette est véritablement morte noyée ou si elle a subi au préalable d’autres types de violences.