Interdiction du port de voile : L’établissement Jeanne d’Arc enfreint-il la loi ?

L’établissement scolaire privé catholique Sainte Jeanne D’Arc se trouve depuis quelque temps au centre de débats au Sénégal, du fait de la décision de son administration d’interdire aux élèves, le port du voile. Une mesure qui suscite le tollé et qui emprunte une pente dangereuse, avec certains qui ont vite fait de considérer comme étant un combat entre musulmans et chrétiens du Sénégal. Une dérive grave dans un pays où musulmans et chrétiens ont toujours cohabité ensemble de façon pacifique au Sénégal.

Un débat qui n’aurait jamais dû exister, d’autant que le décret n° 98-562 a déjà fixé les conditions d’ouverture et de contrôle des établissements d’enseignement privés au Sénégal. Le ministère de l’Education nationale aurait même pu s’appuyer de ce décret et mettre un terme à ce débat qui pollue l’atmosphère. Au vu de ce décret, existe-t-il une disposition qui interdit à l’établissement privé catholique Sainte Jeanne d’Arc d’appliquer son propre règlement intérieur qui ne soit en contradiction avec les lois de ce pays ? Assurément non ! D’autant qu’au vu des dispositions réglementaires du décret, l’établissement Jeanne d’Arc a déjà adressé à l’autorité compétente une note sur son but éducatif, professionnel et social et sur son unité dans le cadre de l’intérêt général du pays.

Malgré que le Sénégal soit un pays composé majoritairement de musulmans, jamais il n’existe dans le pays, une loi qui oblige les femmes à porter le voile. S’il n’existe une telle loi, en quoi peut-on se fonder légalement pour réclamer la fermeture de l’établissement privé catholique Sainte Jeanne d’Arc parce qu’interdisant en son sein le port du voile ? Rien dans les termes du décret n° 98-562 ne pousse Jeanne d’Arc à accepter le port du voile par ses élèves au sein de l’établissement. Les autorités ne peuvent demander la fermeture de cet établissement que sur cette seule considération. Elles ne peuvent le faire que si le fonctionnement de Jeanne d’Arc, compte tenu des dispositions du décret, est jugé dangereux pour la sécurité des biens et des personnes.

La rédaction de Xibaaru