Ultimate magazine theme for WordPress.

Israël dans l’UA : Ce que Jamra demande à l’Etat du Sénégal

Mame Mactar Gueye de Jamra
0

LE SÉNÉGAL n’a eu de cesse de consolider son leadership sur le continent africain, dans la recherche de solutions justes et équitables au martyr du Peuple frère de Palestine. Notre pays s’est régulièrement distingué, à travers les différents régimes politiques qui se sont succédés à la tête de la Nation sénégalaise, par des positions nobles, courageuses et humanistes, à l’égard de ce long conflit.
L’ÉLITE dirigeante sénégalaise a toujours été cohérente dans ses appréciations des enjeux politiques, diplomatiques et humanitaires de la crise israélo-palestinienne. Au point de se voir régulièrement reconduite à la Présidence du «Comité des Nations unies pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien». Ce, après que le premier chef d’Etat du Sénégal, Léopold Sedar Senghor, eût ouvert la marche en étant porté, dès 1971, à la tête du «Comité des Sages africains, pour la promotion de la paix entre Israël et l’Egypte».
INITIATIVE qui aura joué un rôle prépondérant dans le premier retrait des territoires occupés, au lendemain de la Guerre de Six jour, en 1967. Et le Sénégal ne s’est pas arrêté en si bon chemin, en étant le premier pays d’Afrique à avoir reçu, en juillet 1977, en visite officielle, le leader charismatique palestinien, Yasser Arafat. A qui le Sénégal aura permis, dès 1978, d’ouvrir le premier Bureau de l’OLP (Organisation pour la libération de la Palestine) en Afrique noir.
L’ONG ISLAMIQUE JAMRA, dont le défunt président-fondateur, le député Abdou Latif Guéye, fut porté en 1989 à la vice-présidence du « COMITÉ AL-QUDS », Section Sénégal, ne saurait rester inactive face aux terribles tourments du peuple frère de Palestine. Et surtout des machinations diplomatiques qui se trament sur son dos.
JAMRA EXHORTE le Chef de l’État du Sénégal, pays réputé solidaire aux peuples opprimés, victimes d’injustice – et fort de la posture diplomatique faite de dignité et de bienveillance que le Sénégal a toujours adoptée dans son appréciation souveraine de cette crise qui s’éternise – à opter pour une réaction circonscrite, certes, dans les limites bien comprises de la légendaire civilité sénégalaise, mais conséquente et vigoureuse. En émettant notamment UNE FORTE RÉSERVE, suite à la DÉCISION UNILATÉRALE du Président de l’instance exécutive de l’Union Africaine (U.A.) de donner droit à la vieille requête de l’État d’Israël de se faire octroyer le « Statut d’Observateur » à l’Union africaine.
MÊME les médias occidentaux, traditionnellement favorables aux thèses sionistes, admettent aujourd’hui que si le conflit israélo-arabe perdure, c’est bien parce que la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est sont toujours illégalement occupées, depuis soixante-treize ans, par l’Etat hébreux. Qui continue de fouler allègrement au pied la légalité internationale et les droits élémentaires du Peuple Palestinien, garantis par de nombreuses résolutions (194, 242 et 338, 467, etc.) du Conseil de Sécurité de l’ONU !
SI L’ÉTAT HÉBREUX, en quête de légitimité internationale, tient tant à soigner davantage ses relations diplomatiques avec le continent africain, dont le soutien à la Cause Palestinienne n’est plus démontrer, l’opportunité devrait être saisie par l’U.A. pour poser la légitime question préjudicielle du RETRAIT PRÉALABLE des territoires occupés. Où les Palestiniens sont devenus de véritables ÉTRANGERS CHEZ EUX.
L’ATTACHEMENT indéfectible de l’organisation panafricaine aux droits fondamentaux du peuple palestinien, notamment son droit à la création d’un Etat indépendant ayant comme Capitale Jérusalem-Est, dans le cadre d’une coexistence pacifique entre l’Etat d’Israël et l’Etat de Palestine, aurait dû rester la boussole éternelle du Président de la Commission de l’U.A., avant d’accéder à la requête israélienne, au grand dam des 55 pays au nom desquels il est censé statuer.
LE SÉNÉGAL, qui a toujours gaillardement assumé sa SOUVERAINETÉ DIPLOMATIQUE, ne devrait pas cautionner ce « fait du prince ». Notre pays doit reprendre son courage à deux mains, comme il le fit en décembre 2016, en parrainant avec la Nouvelle-Zélande, la Malaisie et le Venezuela, la résolution 2334 du Conseil de sécurité de l’ONU, CONDAMNANT LA COLONISATION ISRAÉLIENNE dans les Territoires palestiniens. S’étant abstenus lors du vote de cette résolution, les Etats-Unis avaient implicitement ouvert la voie à son adoption. Ce qui avait mis Israël dans tous ses états. En effet, il n’en fallu pas plus pour que :
– l’ambassadeur israélien à Dakar fût rappelé dare-dare à Tel-Aviv «pour consultation»,
– que la visite que le chef de la diplomatie sénégalaise devait effectuer le mois suivant en Israël fût annulée,
– et que les programmes d’aide israélienne au Sénégal fussent suspendus !
POUR QUI SE PREND L’ÉTAT HÉBREUX pour dénier au Sénégal, pays souverain, le droit d’user de son droit de vote dans les instances des Nations Unies? Voudrait-il, dans sa suffisance notoire, voir confiner ces «sous-Etats africains» siégeant dans l’hémicycle onusien dans des rôles de simples faire-valoir, qu’il ne s’y prendrait pas autrement ! La réaction d’Israël était d’autant plus incompréhensible que le texte de cette résolution, qu’il vouait aux gémonies, était bien ÉQUILIBRÉ, parce que CONDAMNANT, avec la MÊME TONALITÉ, les provocations, dérapages et autres incitations à la violence, venant du camp palestinien, notamment du Hamas. Mais Israël n’en avait cure.
L’ONG ISLAMIQUE JAMRA et l’Observatoire de veille et de défense des valeurs culturelles et religieuses, MBAÑ GACCE, invitent le gouvernement du Sénégal à émettre, sur le même tempo diplomatique que l’Afrique du Sud, par UNE FORTE RÉSERVE, face à ce zèle diplomatique sans précédent du Président de l’U.A. Les héritiers de Nelson Mandela se sont aussitôt dits «consternés par la décision injuste et injustifiée de la Commission de l’UA, d’accorder à Israël le statut d’observateur au sein de l’Union africaine». Et les Sud-Africains d’ajouter, par la voix de leur ministre des Affaires étrangères, que la Commission de l’UA «a pris cette décision unilatéralement», sans consulter ses membres, «pendant que Israël continue d’occuper illégalement la Palestine en faisant fi de ses obligations internationales et des résolutions de l’ONU. La décision de lui accorder le statut d’observateur est encore plus choquante en cette année où le peuple opprimé de Palestine a été persécuté par des bombardements destructeurs et la poursuite de la colonisation illégale sur ses terres».
RÉPUTÉE soutien historique de la Palestine, l’Afrique du Sud, s’exprimant en connaissance de cause parce que fraîchement libérée du cauchemar de l’Apartheid, a sommé le président de l’U.A., Moussa Faki Mahatma, de s’expliquer sur sa décision.
EMBOITANT le pas à Pretoria, Alger, Tunis, Le Caire, Nouakchott et Tripoli SE SONT ÉGALEMENT REBELLÉS, en s’opposant à la présence d’Israël à l’UA, en raison de la question palestinienne. D’autant «qu’aucune consultation générale n’a été menée auprès des 55 États membres l’Union, avant que l’accréditation de l’ambassadeur israélien ne soit actée par le président de la Commission de l’UA, le 22 juillet dernier».
SE FAISANT plus catégorique, Alger, pour sa part, considère que «cette décision prise sans le bénéfice de larges consultations préalables avec tous les États membres, n’a ni la vocation, ni la capacité de légitimer des pratiques et comportements dudit nouvel observateur (Israël), et qui sont totalement incompatibles avec les valeurs, principes et objectifs consacrés dans l’Acte Constitutif de l’Union Africaine», a estimé le ministère des Affaires étrangères d’Algérie dans un communiqué relayé par l’APS (Algérie presse service).
CE QUI RAPPELLE de triste mémoire le FORCING DIPLOMATIQUE de février 1982, à l’actif du ci-devant Secrétaire général de L’OUA (ancêtre de l’UA), Edem Kodjo, en faisant admettre au forceps la «RASD» (République arabe sahraoui démocratique) au sein l’Organisation panafricaine.
CETTE ENTRÉE par effraction des « séparatistes de la RASD » (dixit le Maroc), à l’OUA, provoqua une onde de choc dans les relations inter-africaines, qui atteignit son comble avec la démission fracassante du principal protagoniste de la crise du Sahara occidental, le Royaume du Maroc, qui qualifia de «hold-up et de brigandage juridique» ce coup diplomatique du Secrétaire général de l’OUA, Edem Kodjo. Alors soupçonné par le pouvoir chérifien d’avoir cédé à la tentation des mallettes de pétrodollars algériens, pour réaliser sa grande ambition de remplacer le Président Étienne Eyadema à la tête du Togo.
JAMRA et MBAÑ GACCE suggèrent respectueusement au Chef de l’Etat du Sénégal, M. Macky Sall, en sa qualité de Président du «Comité des Nations Unies pour l’exercice des droits inaliénables du Peuple Palestinien», à défaut de se désolidariser par voie épistolaire du forcing du président de l’UA, comme l’ont pertinemment fait l’Afrique du Sud, le Lesotho et l’Algérie; et pour ne pas risquer de compromettre les importants acquis diplomatiques capitalisés sur ce théâtre d’opération depuis 1971 par le Sénégal, d’opérer la POSTURE MINIMALE DE RÉSERVE, face à ce « coup » inattendu de l’occupant israélien, toujours imbu de ses visées hégémoniques sur les terres palestiniennes.
CE SERAIT LE MOINDRE ACTE de cohérence que pourrait poser le Sénégal, afin de ne rien compromettre des pages glorieuses qu’il a régulièrement écrites depuis cinq décennies au Panthéon des soutiens légitimes au Peuple meurtri de Palestine. Ce serait également rendre bonne justice à la mémoire des milliers martyrs vaillamment tombés en Cisjordanie, à Shabra et Shatila, à Al Aqsa et dans la Bande Gaza !
Pour une Palestine libre !
Le combat continue !
Les Bureaux executifs de
JAMRA et MBAÑ GACCE

laissez un commentaire