Ultimate magazine theme for WordPress.

Justice politique : le « Macky » face au peuple sénégalais !

Macky Sall (à gauche) et Ousmane Sonko (à droite)
0

C’est avec le dossier de la caisse d’avance (Khalifa SALL) que j’ai pu constater, sinon éprouver, la réalité des basses pratiques politico-judiciaires du régime du Président Macky SALL pour écarter ses adversaires politiques. La justice n’est, en réalité et à ses yeux, qu’un instrument pour réduire au silence, jeter au cachot et tenter d’envoyer à une retraite prématurée les voix discordantes. Avec le dossier de la caisse d’avance, j’ai pu me faire une idée, par-delà les justes échos qui emplissent, au quotidien, nos oreilles et nos yeux de ses pratiques qui avilissent l’institution judiciaire et ses hommes.

C’est la même ingénierie, vile, qui a voulu se débarrasser du Président de PASTEF en mars 2021.

Si Ousmane SONKO a encore le loisir de se défendre face aux Sénégalais deux années après, c’est parce qu’il a su, alors, apporter la juste réponse à une initiative de liquidation politique sous le manteau d’une fausse justice. Mieux, c’est parce que les Sénégalais ont compris que cet épisode constituait un tournant dans l’entreprise de désagrégation et de monarchisation de l’Etat du Sénégal. La réponse des Sénégalais, à ses côtés et dans toute leur diversité, a été à la hauteur de cette ultime manœuvre.

S’il est vrai que la réponse a été violente, il est juste de reconnaître qu’elle était la seule efficace face à un acteur qui a fini de prouver qu’il ne fait grand cas que du rapport de force. Les initiateurs sont les seuls responsables du passif de ces événements.

Aujourd’hui que l’usure du temps a montré au peuple sénégalais la légèreté de l’accusation, “l’association de malfaiteurs” et sa profondeur, il revient au même peuple d’apporter la réponse opportune à cette affaire qui n’a plus rien de judiciaire.

Le devoir de Ousmane SONKO est de rester debout comme il l’a été en mars 2021. Son devoir est d’exposer au peuple sénégalais tous les éléments de ce dossier pour conforter cette conviction déjà largement partagée. Son devoir est de ne pas céder au discours de la fausse stabilité et de la prétendue cohésion nationale.

A-t-on le droit d’exiger la paix et la stabilité dans ce pays sur la seule base de la passivité des acteurs de l’opposition face aux dérives manifestes du pouvoir ?

L’injustice, aussi petite soit-elle, est le terreau de l’instabilité. Elle est d’autant plus dangereuse lorsqu’elle est du fait de l’Etat contre des acteurs qui, s’ils sont particulièrement visés et craints, c’est parce qu’ils disposent de soutiens, portent des ambitions pour la communauté nationale et ont l’appui, ne serait-ce que d’une partie de cette même communauté.

La perspective d’une alternance en 2024, inéluctable, soulève une inquiétude chez ceux qui ont fait de la confiance du peuple sénégalais, généreusement accordée en 2012, un tremplin pour vampiriser ses institutions, ses avoirs et hypothéquer son avenir.

Aujourd’hui que la fin approche et que l’avènement d’une nouvelle ère de gouvernance se précise, il n’est permis qu’au peuple sénégalais, à lui exclusivement, de se choisir un Président en 2024. Aucune volonté particulière ne peut servir de filtre. Et c’est là tout l’enjeu de cette ingénierie politico-judiciaire. Le régime du Président Macky SALL n’a pas le droit de choisir ses adversaires.

Le peuple sénégalais est appelé à veiller sur sa souveraineté de décision, à la défendre avec ses moyens légitimes, et à ne plus donner le loisir du silence et de l’inaction à ceux qui, autorités ou institutions, peuvent peser positivement sur la balance des évènements.

« Lorsque les événements présents ont rendu caduque la sagesse héritée du passé et sans pertinences les observations du `sens commun’, il devient nécessaire de retrouver la portée politique du jugement ». H. ARENDT.

Mouhamadou Lamine Bara LO

Président FARLU

TOUBA

laissez un commentaire