Ultimate magazine theme for WordPress.

Karanta-Fawe-Rocare met sur pied un programme d’alphabétisation non formelle pour les enfants

0

Le consortium KARANTA-FAWE-ROCARE a organisé ce  vendredi 27 mai 2022 à Dakar, un atelier de présentation et de restitution du projet de  recherche destiné à permettre aux enfants et jeunes non scolarisés (de 8 à 15 ans), de  bénéficier d’un programme d’alphabétisation et d’éducation non formelle dans six pays  de la région de l’Afrique de l’Ouest dont le Sénégal.  

Selon l’Institut des statistiques de l’UNESCO, en 2019, sur 59 millions d’enfants hors  système scolaire dans le monde, 32 millions vivent en Afrique subsaharienne. Au  niveau du primaire, 18,8% n’ont pas accès à l’école, dont 21,4% de filles. Des enfants  en âge de fréquenter le premier cycle du secondaire, 36,7% sont hors du système. Sur  ce pourcentage 38,1% sont des filles.  

Fort de ce constat, le consortium composé de la Fondation KARANTA, du  FAWE et du ROCARE a initié, avec l’appui du Centre de Recherche pour le  Développement International (CRDI), cet ambitieux projet qui vise à mobiliser  des connaissances en vue d’apporter des réponses aux défis de l’éducation des  jeunes hors du système scolaire dans un contexte de crises multidimensionnelles  (crises sécuritaires, socio-politiques, sanitaires, les catastrophes naturelles). Ces  crises réduisent considérablement les possibilités et les chances d’atteindre  l’ODD4, notamment les cibles 4.5, 4.6 et des ODD en général. 

Cet atelier a été l’occasion pour le consortium de présenter le programme mis en place  par le consortium, les résultats de l’étude pour le Sénégal, de recueillir les appréciations,  commentaires, et observations des participants, tant sur le programme mis en place par  ces trois entités, que sur les résultats de l’étude menée pour le Sénégal.  

La première étape de ce vaste projet a consisté à conduire des recherches sur les  pratiques et innovations éprouvées dans les six (06) pays membres de la Fondation  KARANTA (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger et Sénégal), à dresser un  état des lieux sur les différentes pratiques en matière de classes passerelles existantes  dans chacun de ces pays et à esquisser une première tentative de modélisation d’un  nouveau type de classes passerelles.  

La situation des enfants (au Sénégal) hors de l’école ou dans les centres passerelles

Au Sénégal, en dépit de la loi sur l’obligation scolaire qui impose une scolarité  obligatoire de dix ans pour tout enfant de 6 à 16 ans, une part non-négligeable d’enfants  de ce groupe d’âge n’est pas à l’école. Selon les résultats du dernier recensement général  de la population (ANSD, 2013), plus de 1.500.000 enfants en âge d’être scolarisés sont  en dehors de l’école. Ces enfants hors école (EHE) représentent environ 47% de  l’ensemble des enfants d’âge scolaire. Sur 10 EHE, près de 8 n’ont jamais été scolarisés  alors que seulement 2 sur 10 sont déscolarisés. Par ailleurs, sur les 3.332.809 enfants  recensés hors du système formel classique, ceux qui sont dans les systèmes alternatifs  sont les plus nombreux (1.759.717). 

laissez un commentaire