Karim Wade vide le PDS…Il vire les ambitieux

Les punitions des responsables ambitieux au PDS continuent de plus belle

PDS : Le prince-héritier Karim Wade décide de tout

Que reste-t-il du Parti démocratique sénégalais (PDS) ? Ce parti est en train de mourir de sa belle mort. Par la seule volonté de son prince hériter, Karim Wade. Depuis, le Qatar où il se trouve en « exil », Karim Wade que son père Me Abdoulaye Wade a désigné comme son successeur, a droit de pouvoir sur tout au PDS.

Karim Wade a horreur qu’on lui fasse ombrage au PDS. Quiconque s’y essaye, est devenu comme un pestiféré. Oumar Sarr, Babacar Gaye, El Hadj Amadou Sall en ont vécu l’amère expérience. Avant eux, c’étaient Pape Samba Mboup, Farba Senghor et compagnie. C’est Karim Wade qui décide de tout au PDS.

Bara Gaye est en train de subir l’amère expérience. Lui qui était considéré comme un fidèle de Karim Wade, ne bénéficie plus de la confiance de ce dernier. Bara Gaye est désigné comme étant le coupable de violences survenues à la permanence du PDS lors de la cérémonie d’opérations de vente de cartes. Sa tête est mise à prix. D’autres risquent de suivre eux-aussi, l’amère expérience.

Malgré tout, il y en a au PDS qui continuent de croire en Karim Wade. Qu’ils soient accusés de tous les maux, ils roulent pour Karim Wade. Ils sont devenus du bétail politique comme le souhaite le prince-héritier qui bénéficie ainsi de leur droit de vie, et de leur droit de mort.

On peut citer dans ce bétail politique des inconditionnels comme le secrétaire national en charge des élections au parti démocratique sénégalais (Pds), le Dr Cheikh Dieng : « Le Pds n’est pas dans une perspective de négociation pour élargir les bases politiques du Président Macky Sall. Nous sommes et demeurons dans une perspective de reconquête démocratique du pouvoir avec Karim Wade, comme candidat à la présidentielle de 2024.

Karim Wade a pris le pouvoir du parti de son père qu’il dirige depuis le Qatar où il se confine dans son « exil » doré. Il n’ose engager aucune lutte pour son retour au Sénégal. Il préfère que les autres se sacrifient et luttent pour lui, pour récolter les dividendes. Malheur à celui qui se met sur son chemin.

La rédaction de Xibaaru