Ultimate magazine theme for WordPress.

La Chine choque le monde : des tests covid dans les…« fesses »

0

La Chine rend les tests anaux Covid-19 obligatoires pour les voyageurs étrangers

Les autorités chinoises auraient rendu les prélèvements anaux COVID-19 obligatoires pour tous les voyageurs étrangers arrivant dans le pays. Le gouvernement a affirmé que ces tests offrent un degré de précision plus élevé que les autres méthodes de dépistage du virus, a rapporté le Times UK.

Selon Li Tongzeng, un médecin spécialiste des maladies respiratoires, les tests anaux sont meilleurs car les traces de virus restent plus longtemps dans les échantillons fécaux que dans le nez ou la gorge.

“Si nous ajoutons des tests sur écouvillon anal, cela peut augmenter notre taux d’identification des patients infectés”, a déclaré Li Tongzeng au Washington Post en janvier.

Cette décision fait suite aux appels des États-Unis et du Japon à cesser d’effectuer les tests «indignes» sur leurs citoyens lorsqu’ils entrent dans le pays parce que les prélèvements provoquent une angoisse mentale.

Mardi, la Chine s’est excusée et a accepté de cesser d’utiliser des prélèvements anaux sur des diplomates américains après que certains membres de l’administration du président américain Joe Biden se sont plaints de la méthode.

“Le département d’État n’a jamais accepté ce type de test et a protesté directement auprès du ministère des Affaires étrangères lorsque nous avons appris que certains membres du personnel y étaient soumis”, a déclaré un porte-parole, ajoutant que Pékin leur avait dit que le test était une “erreur” et que les diplomates étaient censés être exemptés.

Le gouvernement japonais s’est par la suite prononcé sur la «douleur psychologique» que ressentaient leurs citoyens à la suite des tests.

“Certains Japonais ont rapporté à notre ambassade en Chine qu’ils avaient subi des tests de prélèvement anal, ce qui a provoqué une grande douleur psychologique”, a déclaré Katsunobu Kato, secrétaire en chef du cabinet japonais, lors d’une conférence de presse.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a cependant défendu les projections comme étant «fondées sur la science»

Les tests de Chine sont «conformes aux changements de la situation épidémique ainsi qu’aux lois et règlements pertinents», a-t-il déclaré.

Le test, qui prend environ 10 secondes, implique un coton-tige imbibé de solution saline inséré trois à cinq centimètres dans le rectum et tourné plusieurs fois. Lorsque l’écouvillon est ensuite retiré, il sera placé en toute sécurité dans un récipient de test avant que l’échantillon ne soit ensuite testé pour les traces du virus.

Laisser un commentaire