Ultimate magazine theme for WordPress.

La Résilience et la vitalité de la coopération Sino-Africaine à l’épreuve de la pandémie

L'ambassadeur de Chine au Sénégal, Son Excellence monsieur XIAO Han
0

Au cours de l’année écoulée, la pandémie du Covid -19 a ravagé le monde entier, causant d’énormes pertes sur toute la planète. Face à cette épreuve d’un siècle en mutation et également face aux effets de la pandémie du siècle, la Chine et l’Afrique ont donné des réponses actives et efficaces et ont respectivement apporté les solutions idoines.

Cette année marque le 100ème anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois. Sous la ferme direction du Comité central du PCC avec le camarade XI JINPING comme noyau central, la Chine a victorieusement combattu l’épidémie du Coronavirus, amélioré les conditions de subsistance de sa population, maintenu la croissance économique et a continué à promouvoir sa politique d’ouverture.  Dans le contexte actuel marqué par une pandémie persistante, la Chine a, comme de par le passé, produit de brillants résultats et fait des pas importants vers la réalisation de la grande renaissance de la Nation Chinoise.

I. La croissance chinoise est en tête du monde.

Au cours des trois premiers trimestres de cette année, le PIB de la Chine a augmenté de 9,8 % par rapport à la même période de l’année dernière, et son commerce extérieur de 22,7 %, insufflant une forte impulsion à la reprise de l’économie mondiale.

II. La Chine a créé le miracle en réécrivant de nouveaux records dans les annales des récits de l’élimination de l’extrême pauvreté. En effet 98,99 millions de ruraux sont sortis de la pauvreté, ce qui confirme la réalisation du premier objectif centenaire chinois, à savoir la construction d’une société prospère et de manière globale.

III. Des réalisations scientifiques et technologiques attirent l’attention du monde entier :

« Le rover ZHU RONG » se rend sur la planète mars

« le TGV FUXING » connecte tout le territoire

«  la station spatiale TIAN GONG » est mise en orbite

«  le sous-marin habité Fendouzhe» explore les eaux les plus profondes de la planète

Les nouvelles dans le secteur des HIGH-TECH sont aussi fréquentes.

IV. Une victoire éclatante dans la lutte contre la pandémie.

Jusqu’à ce jour, la Chine a administré environ 2,2 milliards de doses de vaccin contre le coronavirus, ce qui en fait le pays ayant le plus grand nombre de personnes vaccinées au monde, et par conséquent le pays le plus sûr.

Les pays africains, face à l’impact de la pandémie, recherchent activement le changement dans l’unité et le renforcement de leur cohésion.

En début d’année, la zone de libre-échange continentale a été officiellement lancée, couvrant un marché de près de 1,3 milliards d’habitants avec un PIB total de 2000 milliards de $, ce qui devra permettre à l’Afrique de dérouler et gérer son potentiel de développement pour enfin redynamiser l’économie régionale. Récemment, la banque mondiale a revu à la hausse ses prévisions de croissance pour l’Afrique sub saharienne de 2,7% à 3,3%.

Naturellement les défis et risques liés à cette situation ne sont pas négligeables.

Premièrement : le fossé vaccinal est une triste réalité ; l’Afrique a un taux de vaccination d’environ 4,4% et fait face à un important écart de couverture vaccinale par rapport aux pays développés.

Deuxièmement : la pandémie continue d’impacter les progrès économiques, causant une flambée des prix des denrées de première nécessité et un risque d’inflation extraordinaire.

Troisièmement : la situation sécuritaire sous-régionale connaît de sérieuses turbulences, qui ont eu un certain impact sur les économies locales et surtout sur les moyens de subsistance des populations. Pour surmonter ces défis, les gouvernements africains et leurs populations doivent nécessairement fournir d’énormes efforts, mais il leur faut également un appui substantiel de la communauté internationale.

L’an passé, la coopération sino-africaine a tenu bon à l’épreuve de la pandémie. Ceci est particulièrement vrai sur deux aspects :

I. La coopération sino-africaine a fait preuve d’une grande résilience et a créé un espace pragmatique d’échanges.

pandémie

En 2020 les échanges entre la Chine et l’Afrique ont atteint 180 milliards de $ et la Chine est depuis 12 ans le premier partenaire commercial de l’Afrique. Les investissements directs de la Chine en Afrique s’évaluent à 2,96 milliards de $ avec un taux de croissance de 9,5%,  ce qui constitue une performance extraordinaire face à la baisse drastique des investissements au niveau mondial.

Durant cette période de la pandémie du Covid-19, la Chine a développé en Afrique une politique économique spéciale : « Non-arrêt des travaux ou chantiers en cours, non-retrait des personnels, non arrêt des investissements ».

Ainsi plus de 1100 projets de coopération ont continué à fonctionner, laissant sur les sites de travaux plus de 100 000 employés chinois en poste. 46 missions médicales chinoises avec environ 1000 agents exercent en Afrique et main dans la main, continuent de lutter avec leurs frères et sœurs africains pour un développement social et économique au profit des populations locales.

II. La coopération sino-africaine a fait preuve d’une très forte vitalité, de nouveaux points saillants et postes de croissance ont pointé à l’horizon.

Depuis l’année dernière, l’aide en matériels de lutte contre la pandémie du Coronavirus a pratiquement couvert tout le continent africain. La Chine a respecté la promesse du Président XI JINPING de faire du vaccin contre le Covid-19 un produit public mondial et a été parmi les premiers à fournir des doses de vaccin à l’Afrique, permettant ainsi aux populations africaines victimes du « fossé vaccinal » de voir enfin le bout du tunnel, sauvant la vie à plus d’une centaine de millions de personnes.

Lors de la première réunion du Forum international sur la coopération en matière de vaccins contre la Covid-19 qui s’est tenue il y’a peu de temps, le Président XI JINPING a annoncé que la Chine s’efforcerait de fournir 2 milliards de doses de vaccins au monde durant l’année en cours et ferait don de 100 millions de dollars au « COVAX » pour les pays en développement, y compris les pays africains.

Outre cette coopération sur la lutte contre la pandémie, la coopération sino-africaine dans divers domaines émergents tels que l’économie numérique, l’aviation civile et l’aérospatiale, l’énergie propre et les nouvelles infrastructures a commencé à porter ses fruits. Prenant l’exemple du Sénégal, pays où je suis accrédité, le Centre des Données National (Data Center), le Projet National de Large Bande, le Projet du Senegal E-government network et d’autres projets bénéficiant du soutien financier et technique chinois ont été successivement mis en service. Le Projet Smart-Sénégal est sur le point de s’achever. Tout cela, très favorablement accueilli par la population sénégalaise, jette les bases solides pour la transformation numérique du Sénégal.

La résilience reflète le fondement et la vitalité annonce le futur.

Il est vrai que la pandémie de la Covid-19 a touché la coopération sino-africaine dans une certaine mesure, par exemple le blocage du déplacement du personnel, la fragilisation de la fluidité des chaines d’approvisionnement mondiales et des difficultés dans l’exécution de certains projets se sont fait ressentir.

Cependant, cette coopération n’a pas marqué le pas, la solidarité sino-africaine n’a pas été perturbée. Le logo du FOCAC reflète justement le statu quo des relations Chine-Afrique : une poignée de mains des 2,6 milliards de chinois et africains, une relation d’amitié de plus en plus forte. Celle-ci est non seulement basée sur l’histoire et le passé, mais traduit également les réflexions des deux parties face aux réalités et leur choix sur l’avenir.

D’un point de vue historique, la Chine et l’Afrique chérissent l’amitié traditionnelle.

Cette amitié se jouit d’une longue histoire. Notamment depuis la fondation de la République populaire de Chine, les deux parties, amis à toute épreuve, se sont soutenues mutuellement dans leur lutte pour l’indépendance et l’émancipation nationales, et dans leurs efforts de développement.

Depuis des décennies, quels que soient les aléas internationaux, la Chine s’en tient toujours aux principes tels que «respect mutuel », « non ingérence dans les affaires intérieurs », « aide sans condition politique », jetant les bases solides pour la coopération sino-africaine dans la nouvelle ère.

D’un point de vue de développement, la Chine et l’Afrique portent tous un regard optimiste sur la perspective du continent.

Partant de sa propre histoire et de son expérience en matière de développement, la Chine a un optimisme réel quant à l’avenir de l’Afrique et s’est engagée à intensifier sa coopération avec elle pour briser l’image injuste et stéréotypée que le monde extérieur impose depuis de longue date sur le continent.

Au fil des années, la coopération de la Chine avec l’Afrique a connu un très grand élan autant entre les gouvernements qu’entre les populations. De par ces faits, la Chine a non seulement cassé le cliché du monde sur l’Afrique, elle a également attiré le regard de la communauté internationale qui accorde désormais plus d’attention à l’Afrique et la voit prometteuse. Les faits ont prouvé qu’à travers de rudes labeurs, les pays en développement peuvent améliorer de manière considérable la condition de vie de leurs peuples.

Nous sommes fermement convaincus que l’Afrique pouvait tout à fait se frayer, par ses propres efforts, une voie vers le redressement adaptée aux réalités nationales. Si le 20e siècle est le siècle de l’Asie, pourquoi le 21e ne pourrait-il pas être celui de l’Afrique ?

Du point de vue de l’avenir de l’humanité, autant la Chine que l’Afrique suivent avec fermeté la voie du multilatéralisme.

pandémie

Actuellement, l’épidémie continue de se propager dans le monde. La difficile reprise de l’économie mondiale, la remontée du protectionnisme et de l’isolationnisme ont également donné lieu à la question suivante : « où va le monde ? »  Au carrefour de l’histoire, nous sommes tous conscients que la coopération pour la paix et le développement est la seule et unique voie salutaire pour l’humanité entière. Comme l’a souligné le Président XI Jinping, aucun problème mondial ne peut être réglé par un seul pays. Il est impératif d’avoir l’action mondiale, la réponse mondiale et la coopération mondiale.

En tant que bons amis, bons partenaires et bons frères, la Chine et l’Afrique, dans le contexte actuel, ont urgemment besoin de renforcer l’unité et la coopération qui les lient. Ensemble, nous allons sauvegarder les intérêts de nos peuples de lutter contre la pandémie, de s’opposer aux ingérences des forces extérieures, de défendre l’équité et la justice, et de vivre une vie meilleure. Ensemble,  nous allons bâtir une communauté d’avenir partagé pour l’humanité, construire un nouveau type de relations internationales et enfin insuffler une énergie encore plus puissante à la paix et au développement dans le monde.

La prochaine conférence du Forum sur la Coopération sino-africaine (FOCAC) se tiendra bientôt à Dakar. Ce sera encore une occasion pour la Chine et l’Afrique de se donner la main pour ouvrir un nouveau chapitre de leur merveilleuse coopération. En cette période de pandémie, le fait que la Chine et l’Afrique ont insisté sur la tenue de la réunion à temps traduit la confiance mutuelle et le soutien réciproque entre le plus grand pays en développement et le continent dénombrant le plus grand nombre de pays en développement. Face au changement, la coopération sino-africaine doit s’adapter à l’évolution du temps, apporter des innovations afin de maintenir sa vitalité et de rester avant-gardiste.

Fidèle à l’esprit d’amples consultations, de contribution conjointe et de bénéfice partagé, les deux parties vont saisir des opportunités de développement et poursuivre leur coopération mutuellement bénéfique. Pendant la réunion, une feuille de route sera élaborée pour la coopération sino-africaine au cours des trois prochaines années et à long terme. À nous de poursuivre nos efforts et d’avancer côte à côte, afin d’ajouter de nouveaux contenus à la communauté de destin Chine-Afrique et d’apporter des contributions à l’émergence de l’Afrique.

laissez un commentaire