La « Grande Alliance » veut installer le prochain président du Sénégal

Comment en finir avec le pouvoir en 2024 ?

La « Grande Alliance » de Idrissa Seck, Pape Diop, Cheikh Hadjibou Soumaré, Me Madické Niang, El Hadji Issa Sall et Malick Gakou…sur les pas du FAL 2000 de Wade et Benno Bokk Yakaar de Macky

Tous les observateurs sont d’avis que l’opposition sénégalaise est plus que jamais dispersée dans son combat contre le régime du Président Macky Sall. Voilà pourquoi, elle ne parvient jusqu’ici à obtenir le moindre kopek de cause dans toutes ses revendications dont la plupart sont plus que légitimes. C’est que jusqu’ici, même s’il y en a des cadres unitaires de l’opposition, ces derniers n’ont jusqu’ici réussi à atteindre des degrés et des formes de mobilisation pouvant ébranler jusque dans ses derniers retranchements le régime en place.

L’on dit souvent au Sénégal que c’est la gauche, le faiseur du roi. Une assertion qui s’est avérée jusqu’en 2012. En 2000, il a fallu que les partis de la gauche les plus significatifs, à savoir le PIT, And-Jëf/PADS, la LD/MPT se rangent derrière Me Abdoulaye Wade, élaborent une stratégie de conquête du pouvoir pour réussir à faire craqueler et faire finalement tomber le régime du Président Abdou Diouf. Et ce fut le Front pour l’alternance (FAL 2000) qui porte Wade au Pouvoir.

Une fois au pouvoir, Me Abdoulaye Wade a cru bon se débarrasser de cette gauche, en chassant d’abord de son gouvernement, le PIT, ensuite en poussant vers la sortie, la LD, puis en divisant And-Jëf/PADS, conservant une frange avec lui, jetant aux orties, l’autre. Même fragilisée, la gauche a toujours gardé, sa capacité de nuisance. Pour sa conquête du pouvoir face à Me Abdoulaye Wade en 2012, Macky Sall s’est appuyé de la gauche. Dans son parti nouvellement constitué, l’Alliance pour la République, on y retrouve des éléments de la gauche. Lui-même, fort de son passage dans ses premiers pas en politique à And-Jëf et des éléments de la gauche qui ont rallié son parti, a su élaborer une stratégie de prise du pouvoir digne du maoïsme, à savoir l’encerclement des villes à partir de la campagne. Depuis sa rupture avec le PDS, et la création de son parti, l’APR en 2009, Macky Sall passait le plus clair de son temps en sillonnant toutes les campagnes du Sénégal, même les plus reculées. Bénéficiant du soutien, d’une partie de la gauche, il a réussi ainsi à terrasser Me Abdoulaye Wade en 2012.

Mettre enfin en place une alliance stratégique

Aussi bien, sous Abdou Diouf que sous Abdoulaye Wade, c’est à partir de stratégies bien élaborées que l’opposition a réussi à battre le pouvoir en place. Pour ce faire, l’actuelle opposition n’a pas seulement besoin que de simples cadres unitaires mais qui ne sont que conjoncturels comme le souhaitent Ousmane Sonko, Mamadou Lamine Diallo, Alassane Sall, Abdoul Mbaye qui n’ont aucune expérience, aucune tradition de combat dans la lutte pour faire tomber le pouvoir en place.

Déthié Fall sert la bonne recette

C’est pourquoi, cette opposition devenue finalement pleureuse gagnerait à suivre pourtant cette analyse de la situation plus que lucide de Déthié Fall, le 1er vice-Président de Rewmi. Invité de Soir Info de la TFM, Déthié Fall faisant une analyse concrète de la situation concrète, estime que l’opposition dans le cadre de la conquête du pouvoir, ne doit simplement pas se limiter à une alliance conjoncturelle. En gros, ce qu’il veut dire que l’opposition ne doit pas simplement se limiter à s’unir pour dénoncer les conditions de vie des populations ou se contenter de la seule lutte pour des revendications politiques.

Il y a mieux à faire : songer dès maintenant, comment faire vaciller le régime APR, avant de le faire tomber en 2024. Pour cela, comment ignorer cette réflexion de Déthié Fall, que le véritable enjeu pour l’opposition n’est pas seulement la mise en place d’un cadre unitaire conjoncturel, mais qu’il faille aller au-delà, avec la « Grande Alliance » dont le seul but sera, avec des objectifs clairs d’en finir avec le régime en 2024.

La rédaction de Xibaaru