La Grande Mosquée de Dakar est-elle une Mosquée « Lébou » ?

Grande mosquée de Dakar ou Grande mosquée des Lébous ? La confusion

Le grand imam de la Grande mosquée de Dakar El Hadji Alioune Moussa Samba vient de publier un communiqué, déclarant avoir pris bonne note des mesures d’allégement prises par le Chef de l’Etat dans le cadre de la riposte contre le COVID-19. Toutefois, ajoute-t-il, en raison de l’évolution de la pandémie et du nombre de cas qui augmente de jour en jour, il rappelle à tous les musulmans que la mesure de suspension temporaire des prières à la Grande Mosquée de Dakar reste maintenue. « Les raisons évoquées pour la fermeture des mosquées restent aujourd’hui plus valables que jamais. », souligne le communiqué.

Jusqu’ici, rien d’anormal, sauf que le grand imam indique que c’est en accord avec le grand Serigne de Dakar El Hadj Abdoulaye Makhtar Diop, chef supérieur de la collectivité des Lébous et des dignitaires qu’ils « invitent les chefs des douze Pinthies et les Imams de la Collectivités Lébous à la prudence et de rester très vigilants en veillant à la fermeture des lieux de culte. » Autrement dit, il appartient aux seuls dignitaires de la collectivité des Lébous de prendre les décisions qui conviennent pour la Grande mosquée de Dakar.

Ce qui veut tout simplement dire que la Grande mosquée de Dakar est une propriété des Lébous. Pourquoi, ne pas la dénommer pendant qu’on y est Grande mosquée des Lébous ? La question n’est pas insensée. La Grande mosquée de Dakar est une propriété de tous les musulmans sans exclusion. Tout un symbole s’attache à la Grande mosquée de Dakar où le Chef de l’Etat se rend pour prier à l’occasion des fêtes comme celles de la korité ou de la tabaski.

Il est vraiment temps de mettre fin à cette anomalie autour de la Grande mosquée de Dakar qui doit être une affaire de tous les musulmans et les imams qui la composent doivent être choisis sur la seule de leur connaissance de l’islam et du fait qu’ils sont des érudits quelles que soient leurs appartenances ethniques.

La rédaction de Xibaaru