Le combat perdu d’avance de Khaf contre…Macky

Recours en annulation : Un autre combat perdu d’avance par Khalifa Sall

L’ancien maire de la Ville de Dakar, Khalifa AbabacarSall dont la liberté est annoncée imminente à la faveur d’une grâce présidentielle, se lance dans un de ses ultimes combats devant la Cour suprême. Après avoir tenté tous les combats devant les juridictions pour se battre contre son emprisonnement qu’il juge « illégal », et essayé en vain d’attaquer le décret du Chef de l’Etat le limogeant de son poste de maire de Dakar, du fait de sa condamnation pour détournement de deniers publics, Khalifa Sall ouvre un autre front devant la Cour suprême.

Après son recours en annulation perdu devant la Cour suprême contre son limogeage à la mairie de Dakar, cette fois c’est contre sa radiation de son poste de député qu’il attaque auprès de cette même juridiction. L’on peut bien s’interroger sur ce qui fait courir l’ancien maire de la Ville de Dakar qui a perdu tous les combats entrepris devant les juridictions nationales.

Khalifa Ababacar Sall a connu ses déboires judiciaires, à la suite de l’affaire dite de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Une affaire strictement judiciaire, du fait de l’implication de Khalifa Sall sur les faits qui lui sont reprochés, mais qui malheureusement a subi un traitement strictement politique, du fait de l’ingérence dans ce dossier du régime Macky Sall. Le pouvoir s’est servi de cette affaire pour liquider les comptes à un adversaire. Cela ne fait toutefois pas de Khalifa Sall, une victime.

A présent, qu’il y a eu toutes sortes de pression pour obtenir sa libération, et que l’on s’achemine vers une grâce que va lui accorder le Chef de l’Etat, il nous semble que Khalifa Sall aime pousser le bouchon trop loin, comme le témoigne son dernier combat judiciaire qui est son recours en annulation devant la Cour suprême de sa radiation de poste de député. Un ultime recours pour un autre combat perdu d’avance. La Cour suprême qui s’est prononcée sur le bien-fondé de sa radiation de ses fonctions de maire de Dakar, ne va cette fois-ci pas prononcer un autre jugement, si ce n’est de confirmer qu’il a bien perdu son poste de député.

Cela Khalifa Sall et ses avocats le savent. Mais puisqu’il lui faut un baroud d’honneur avant sa sortie de prison par grâce présidentielle, il lui faut bien montrer à l’opinion qu’il a été intrépide jusqu’au dernier moment dans son combat, afin de récolter des dividendes politiques.

Thiémokho BORE