Le cri de cœur de Leo Messi après la perte du titre de champion d’Espagne

Le sentiment de l’équipe, c’est qu’elle essaie et n’y arrive pas » : juste après le coup de sifflet final, Messi a pris la parole pour réveiller le Barça, qui a perdu sa couronne espagnole jeudi au profit de son rival madrilène, avant les échéances européennes qui attendent les Catalans en août avec la Ligue des champions.
« Je l’ai déjà dit il y a un moment, mais si on continue comme ça, ce sera très difficile de gagner la Ligue des champions. Il va falloir que l’on change en profondeur si on veut se battre pour la ‘Champions’, parce que sinon, le match contre Naples (en 8e de finale retour de C1, le 8 août), on le perdra aussi », a fulminé le sextuple Ballon d’Or au micro de ‘Movistar+’, après la défaite contre Osasuna pour le dernier match de la saison dans un Camp Nou à huis clos.
« Très irrégulier, très faible » 
Sortie rare mais puissante pour la taciturne « Pulga » (puce, en espagnol): avec un palmarès encore vierge en 2019-2020, le Barça arrive au bout d’une saison cauchemar, marquée par des résultats sportifs décevants et des mini-crises en cascade.
« On ne voulait pas finir de cette manière, mais ça résume un peu toute notre année : on a été une équipe très irrégulière, très faible, battue à l’intensité ou à l’envie, qui encaisse facilement », a tempêté la superstar argentine lors d’un entretien d’après-match de quatre minutes, une  éternité pour une apparition médiatique classique de Messi.
« Il faut faire une autocritique, à commencer par les joueurs, mais une autocritique globale. C’est bien que le Real gagne tous les matches, il a son mérite. Mais nous sommes le Barça et nous avons l’obligation de gagner tous les matches », a tonné Messi.
Alors qu’Ernesto Valverde, limogé en janvier, était accusé de détruire l’ADN du Barça, son remplaçant Quique Setién n’a pas réussi à redresser la barre dans la deuxième moitié de saison, et les Catalans ont continué à enchaîner les médiocres prestations.
Messi est certes toujours le meilleur buteur du championnat avant la dernière journée ce dimanche (23 buts), devant l’avant-centre français du Real Karim Benzema (21 buts), mais les exploits de l’Argentin (33 ans) ne suffisent plus à cacher le néant.
Autocritique 
Antoine Griezmann, recruté de l’Atlético à l’été 2019 pour cinq ans et 120 millions d’euros et incertain pour le 8e de finale de C1 contre Naples, ne s’est pas bien intégré au trio d’attaque avec Messi et Luis Suarez. Et le Barça n’a été réveillé que par les entrées des brillants espoirs Ansu Fati (17 ans) et Riqui Puig (20 ans).
De quoi placer Setién sur un siège éjectable, encore. « Quique Setién dirigera l’équipe pour ce qu’il reste de la Liga et en Ligue des champions. Notre volonté est d’aller au bout de son contrat, et qu’il reste la saison prochaine », a assuré le président du Barça, Josep Maria Bartomeu, lundi dans un entretien à la chaîne régionale TV3.
Mais la déroute de jeudi contre Osasuna et une fin de saison qui s’annonce désastreuse ont remis en question la méthode Setién.
Le Barça écoutera-t-il le prêche du capitaine blaugrana ? « Je pense que nous avons besoin d’air, nous pouvons utiliser cette pause » jusqu’à la Ligue des champions, où « il suffit de quatre matches pour remporter un titre que nous voulons tous », a fini par encourager Messi. « Mais nous devons changer beaucoup de choses ».