Ultimate magazine theme for WordPress.

Le faux policier tente de racketter un brigadier et atterrit au Tribunal

0

Le tribunal de Mbour a jugé hier une rocambolesque affaire de relation contre nature. S. M. Diop, faux flic, en possession d’une carte professionnelle d’un policer des renseignements généraux de Kaolack, soutient avoir surpris en pleins ébats sexuels un brigadier-chef à la retraite avec un autre homme dans une auberge à Saly, rapporte Rewmi dans sa parution du jour.

A Mbour, il loge dans une auberge de la place sans bourse délier. Un jour, alors que le faux flic originaire de Podor prenait un apéro, il voit l’ancien brigadier, M. Thior entrer dans sa chambre avec un homme. Il attend quelque temps avant d’entrer en irruption dans la chambre du brigadier. Il dit avoir surpris les deux hommes en train de coucher ensemble. Il profite de cela pour user de menaces, de violence et de contraintes sur l’ancien brigadier et tente de lui soutirer la somme de 100.000 francs.

Puis, il chasse le brigadier de l’auberge. Mais ce dernier aurait flairé que S. M. Diop n’était pas un policier. Il a alors déposé une plainte.

Il se trouve que pour avoir autant d’audace pour racketter les gens, S. M. Diop détenait une carte professionnelle appartenant à D. Cissé, un agent des renseignements généraux. Il prétend que la carte professionnelle appartiendrait à son ami qui l’a oubliée dans sa voiture, il y a trois semaines. Alors que le propriétaire de la carte dit avoir perdu ses pièces il y a cinq mois à Kaolack.

Le procureur a indiqué au prévenu que le policier a été appelé pour être informé qu’une personne utilisait sa carte professionnelle et rackettait les gens. « J’ai trouvé deux hommes en train d’entretenir un rapport sexuel. J’ai pris la carte pour leur faire peur », s’est défendu le prévenu.

Pour le procureur, des individus comme S. M. Diop doivent être mis hors d’état de nuire. Mais pour son avocat, si son client a été obligé d’user de la carte professionnelle c’est parce qu’il a vu une infraction et il a demandé que les fautifs quittent l’hôtel. Le délit d’extorsion de fonds n’est pas établi, a défendu l’avocat.

S. M. Diop sera fixé sur son sort le 28 décembre prochain.

laissez un commentaire