Le fils de Sassou Nguesso poursuivi en France pour Biens mal acquis

Depuis environ 15 ans, la justice française mène une enquête minutieuse sur les acquisitions immobilières du clan présidentiel au pouvoir au Congo. Outre le président Sassou Nguesso, cité dans le dossier des biens mal acquis, plusieurs membres de sa famille sont nommément interpellés par les services du pôle financier du parquet de Paris.

Après son cousin Wilfrid Nguesso, épinglé au Canada et en France l’année dernière pour les mêmes faits, c’est au tour de Denis Christel Sassou Nguesso, fils du président Sassou Nguesso, d’être cité et mis en examen pour blanchiment en France. L’information a été rendue publique le 7 février par plusieurs médias français.

En effet, depuis le mois  décembre 2019, selon nos sources, le parquet financier de Paris avait, dans le dossier portant sur le vaste patrimoine de la famille Nguesso dans l’Hexagone, conclu à la mise en examen  de plusieurs membres de la famille présidentielle.

C’est dans cette procédure que Denis Christel Sassou Nguesso, fils du président Sassou, a été mis en examen. Déjà visé par plusieurs enquêtes, notamment à Londres et à Genève, le fils du président congolais intéresse les enquêteurs sur un certain nombre de transactions pétrolières avec les traders de la place helvétique et Londonienne au moment où il dirigeait  la juteuse direction de l’aval pétrolier de la Société Nationale du pétrole du Congo (SNPC).

Le juge  financier, Dominique Blanc, qui mène l’enquête, a épluché les dossiers d’acquisition de Plusieurs biens immobiliers en France. Des biens suspectés d’avoir été acquis avec des fonds détournés des revenus pétroliers du Congo.

Les dits biens, selon l’ordonnance du juge, ont été saisis. Il s’agit en effet d’ un dix pièces, situé rue de la Tour  et un triplex, rue Fresnel, tous deux dans le 16e arrondissement de Paris, ainsi qu’un hôtel particulier, rue de l’Hôtel de ville, à Neuilly-sur-Seine. La valeur des biens, en cours d’estimation, pourrait avoisiner les 30 millions d’euros. Le fils du président Sassou mis en cause dans cette enquête de biens mal acquis devrait répondre prochainement aux convocations du parquet financier de Paris.

Surnommé Kiki le pétrolier, le fils héritier  du président congolais, député depuis deux législatures, était souvent en porte à faux  avec les differents ministres des finances de son pays. Car, comme l’indique les rapport d’audit sur les comptes de la SNPC, les revenus du pétrole Congolais n’atterrissaient pas au Trésor mais dans les banques commerciales privées ou dans les comptes offshores. Des opérations financières contraires aux principes et règles de la comptabilité  et des finances publiques qui reposent sur le fondement de l’unicité des caisses.

D’ailleurs, en  août 2019, Kiki le pétrolier  a été la cible d’un rapport de l’ONG britannique Global Witness, qui l’accuse d’avoir détourné plus de 50 millions de dollars des caisses du Trésor congolais, à travers des faux contrats avec une société d’infrastructures brésilienne  dirigée par un certain José Veiga, cité par la justice portugaise pour,  selon nos informations, être au coeur d’un vaste réseau de blanchiment de fonds en provenance des milieux politiques Congolais. C’est le dossier intitulé « La route de l’Atlantique  » .

Il sied de rappeler que Denis Christel Sassou Nguesso, qui bénéficie de la présomption d’innocence, n’est pas pour l’instant  inculpé Auteur du livre «Le Congo que nous voulons», Christel Sassou Nguesso serait-il, au delà du fond du dossier, victime de la guerre de tranchée au  sein du clan familial et politique du patriarche Sassou Nguesso?