Le gouvernement de Macky Sall est mal parti…terreur et intimidation

Arrestation de Boubacar Sèye, radiation d’un policier : Le règne de l’arbitraire du régime de Macky Sall

En plus des scandales à répétition qui frappent le pouvoir actuellement, le régime se distingue également par des mesures arbitraires. Le gouvernement de Macky Sall est vraiment mal parti. Boubacar Sèye de Horizon sans frontières (HSF) connu pour son combat pour les droits de nos compatriotes à l’extérieur, vient d’être arrêté manu militari à l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD). Boubacar Sèye revenait d’un voyage en Espagne. Il avait pourtant convenu avec les agents de la Division des investigations criminelles (DIC), qu’à son retour de voyage qu’il allait lui-même répondre à la convocation qui lui avait été faite alors qu’il était en Espagne.

A la DIC, on ne lui a même pas laissé ce temps. On a cherché à l’humilier, en le cueillant aux yeux de tout le monde à l’aéroport, comme s’il était un vulgaire délinquant. Visiblement, Boubacar Sèye fait l’objet d’une plainte de la part du Secrétaire d’Etat aux Sénégalais de l’extérieur que ses actions dérangent. A-t-on le droit de le traiter ainsi ? Désormais, c’est la méthode de l’intimidation sous le régime du Président Macky Sall, depuis que Mahmouth Saleh est nommé directeur de cabinet du Chef de l’Etat Macky Sall, alors qu’il ne dispose pas des compétences requises.

Au cas de Boubacar Sèye, s’ajoute celui du policier radié par le ministre de l’Intérieur. Ce policier est radié pour s’être prosterné devant son marabout. De qui vraiment se moque-t-on ? Pourquoi, radié un policier parce qu’il s’est agenouillé devant son guide spirituel, alors que lui-même, le ministre de l’Intérieur en fait de même. La radiation de ce policier est tout simplement arbitraire.

Le règne de la terreur, voilà ce qui est en train d’être instauré au Sénégal. L’arrestation arbitraire de Boubacar Sèye, la radiation scandaleuse de cet agent de police ne peuvent être considérées comme des cas isolés. Le gouvernement de Macky Sall tient à museler les Sénégalais, à leur faire peur avant les échéances électorales qui risquent d’être fatales au parti au pouvoir. Peine perdue, car rien, ni personne ne peut faire peur à tout un peuple.

Les Sénégalais n’accepteront jamais l’arbitraire et se dresseront devant tout pouvoir qui chercherait à l’entretenir. Le 23 juin 2011, les Sénégalais en avaient suffisamment administré la preuve, lorsque déterminés, ils avaient pris d’assaut les alentours de l’Assemblée nationale pour dire non à la loi que voulait introduire le régime du Président Abdoulaye Wade sur le ticket présidentiel et la suppression du quart bloquant.

De la même manière qu’ils avaient dit non à Abdoulaye Wade, de la même manière, les Sénégalais le feront face à Macky Sall, si nécessaire.

La rédaction de Xibaaru

laissez un commentaire