Le Sytjust ne décolère pas…48 heures de grève à partir de ce Jeudi

Le Ministre de la Justice, Monsieur Malick SALL a adopté à l’encontre des travailleurs de la Justice une attitude en total déphasage avec les instructions du Président de la République. En effet, « le Président de la République a, par ailleurs, demandé au Garde des Sceaux, Ministre de la Justice de veiller à l’instauration d’un  dialogue social permanent et à la stabilité, avec toutes les composantes et acteurs de la Justice », tel que dit dans le communiqué du conseil des ministres du mercredi 17 juin 2020. Jusqu’à présent, le Ministre de la Justice n’a pas mis en œuvre cette directive, malgré la grève qui paralyse le service public de la Justice. Ce comportement constitue sans nul doute une défiance du Ministre de la Justice contre l’autorité du Président de la République.

Le Ministre de la Justice n’en est pas à son coup d’essai. Effectivement, « le Président de la République a, au titre de la gestion et du suivi des affaires intérieures, évoqué la question des revendications des greffiers et autres acteurs de la Justice. Il a demandé au Ministre de la Justice et au Ministre des Finances de procéder au règlement consensuel des revendications du syndicat des travailleurs de la Justice », tel que lu dans le communiqué du conseil des Ministres du mercredi 19 février 2020. Cette instruction du Président de la République est restée sans effet parce que le Ministre de la Justice refuse visiblement de jouer sa partition, malgré que le Ministre des Finances ait pris toutes les dispositions techniques qui lui incombaient.

Non seulement le Ministre de la Justice est on ne peut plus clair dans une défiance, mais il a pris la responsabilité historique  d’essayer de convaincre le Président de la République et le Gouvernement de remettre en question tous les acquis des travailleurs de la Justice actés soit par des décrets présidentiels ou par le protocole d’accord du 17 octobre 2018 dûment signé par l’Etat du Sénégal et le Syndicat des Travailleurs de la Justice (SYJUST). 

Cette tentative de saboter la vie et la dignité des hommes et femmes qui assurent le bon fonctionnement du service public de la Justice ne laisse au SYSTJUST que l’option du combat qu’il compte mener avec une détermination plus grande que le dessein destructeur de Monsieur Malick SALL qui portera l’entière responsabilité des conséquences de la lutte sur la qualité du service public de la Justice.

Par conséquent, le SYTJUST continue la lutte en décrétant 48 heures de grève renouvelables couvrant les jeudi 25 et vendredi 26 juin 2020 pour toujours exiger : 

  • La mise en œuvre du protocole d’accord du 17 octobre 2018 devant aboutir à l’augmentation de l’indemnité de participation à la judicature et l’institution d’une prime d’assistance judiciaire pour les acteurs administratifs de la Justice;
  • La publication au Journal officiel des décrets  n° 2018 – 2259 du 14 décembre 2018, n° 2018 – 2260 du 14 décembre 2018 et n° 2018 – 2261 du 14 décembre 2018 pour l’effectivité de l’élargissement de l’assiette du fonds commun des greffes ; 
  • L’organisation des formations préalables au reclassement des travailleurs de la Justice dans leurs nouveaux corps et nouvelles hiérarchies respectifs, en vertu des dispositions transitoires du décret n° 2019-413 portant création du Centre de Formation judiciaire (CFJ) et fixant ses règles d’organisation et de fonctionnement et en vertu des dispositions transitoires du décret n° 2019-575 du 5 février 2019 modifiant le décret n° 2011-509 du 12 avril 2011 portant statut du cadre des fonctionnaires de la Justice.