Les femmes juristes plaident pour l’avortement médicalisé

Les journalistes spécialistes de Santé ont participé à un atelier de 2 jours qui s’est ouvert hier à Saly.
Une occasion saisie par la présidente de l’association des femmes juristes, Mme Awa Tounkara pour rappeler que l’interdiction de l’avortement médicalisé pour les femmes victimes d’incestes et de viol est une violation flagrante de leur droit.
Par la voix de Mme Tounkara l’association a interprété la charte juridique ratifié par l’Etat du Sénégal et qui doit permettre à la femme d’avorter de façon médicale dans certain cas exceptionnel. Même si le Sénégal a ratifié le protocole de Maputo depuis 2004, la loi Sénégalaise considère l’avortement provoqué comme une infraction grave. La présidente de l’Ajs note en ce sens que : « notre pays a signé et ratifie des instruments juridiques internationaux, régionaux et sous-régionaux consacrant droit à l’avortement. Malgré cela, il n’existe toujours pas de cadre juridique interne favorable à l’accès à l’avortement médicalisé. C’est une contradiction entre les engagements internationaux pris par notre pays et la législation interne.