Les sages femmes crient leur ras-le-bol…face à toutes les formes d’agression qu’elles subissent

Les sages-femmes sont exaspérées par toutes les formes de violences qu’elles subissent. Aïda Ngom et Rokhaya Gueye ont été agressées de la pire des manières. Sophie Mbaye, de son côté reçoit des messages de menaces de mort. La cible : son enfant. Ainsi, l’Association nationale des sages-femmes d’Etat du Sénégal (Ansfes) a réagi pour dénoncer « avec véhémence la violence basée sur le genre subie par les sages-femmes ».

« Après Aïda Ngom, sage-femme dans le district sanitaire de Médina Yoro Foulah dans la région de Kolda, agressée par un gendarme dont le procès traîne toujours depuis le 2 juillet 2019; les harcèlements, menaces de mort dont la présidente de l’antenne de Ziguinchor Sophie Mbaye depuis plusieurs mois, voici que la barbarie sans limites des hommes a encore fait une nouvelle victime: Rokhaya Gueye vient d’être sauvagement agressée par des individus dans l’exercice de ses fonctions », a exposé la présidente de ladite association.
Bigué Ba Mbodji de déclarer que « suite à tous ces faits, l’Ansfes exprime son ras-le-bol et interpelle les autorités sanitaires et policières pour attirer leur attention afin que cessent ces actes qui risquent de plomber tous les efforts faits dans la prise en charge sanitaire des populations en général, de la mère et de l’enfant en particulier ». « De jeunes sages-femmes ont accepté de servir dans les zones les plus reculées du pays pour contribuer à la réduction des décès évitables de mères et d’enfants » 

De plus, elle lance un appel aux associations de femmes, associations professionnelles, syndicats à se joindre à elles pour dénoncer ces agressions subies par les agents de la santé au-delà des sages-femmes. Ceci, tout en conviant toutes les associations de sauvegarde des droits des femmes, le ministre de la Santé et de l’Action sociale, le ministre de la Femme de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants, ainsi que le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction Citoyenne à faire leurs, ces dossiers.
La présidente de l’Ansfes a, toutefois, rappelé que « de jeunes sages-femmes ont accepté de servir dans les zones les plus reculées du pays pour aider les populations défavorisées en vue de contribuer à la réduction des décès évitables de mères et d’enfants ». « La sage-femme exerce l’un des plus nobles métiers de ce monde et mérite toute la considération et la protection qui sied à son rang », a-t-elle laissé entendre.