Ultimate magazine theme for WordPress.

Macky bat Karim et Khalifa, mate Idy mais butte sur…Sonko

Ousmane Sonko (à gauche) défie Macky Sall (à droite)
0

Bras de fer : Macky Sall butte sur Ousmane Sonko

Le Président de la République Macky Sall, sans coup férir, avait auparavant mis successivement en prison Karim Wade et Khalifa Sall en prison, les empêchant même de se présenter à l’élection présidentielle de 2019. Macky Sall a ainsi battu Karim Wade et Khalifa Sall, cerise sur le gâteau, maté Idrissa Seck, mais aujourd’hui butte sur…Ousmane Sonko.

Le leader du Pastef Ousmane Sonko est puissant. « Sonko n’est ni Karim ni Khalifa, on ne se laissera pas faire et Macky devra passer sur nos corps pour le prendre », tel était le cri lancé hier par les manifestants qui empêchaient aux forces de l’ordre d’accéder au domicile du leader du Pastef. Instruit, par les affaires Karim Wade et Khalifa Sall où ces derniers se sont livrés aux forces de l’ordre laissant la justice faire son travail, Ousmane Sonko lui a préféré imposer à l’Etat un véritable rapport des forces, en appelant ses partisans à la résistance.

Hier, Dakar était à feu et flammes. Pendant toute la journée, les manifestants ont résisté aux forces de l’ordre. Aux jets de lacrymogènes, ils ont répondu aux forces de l’ordre par des jets de pierres. Ils ont érigé des barricades par-ci, par-là, mis le feu un peu partout, endommageant des véhicules et des édifices.

Les partisans de Ousmane Sonko ont foncé sur la police pourtant équipée du véhicule Dragon. Et pourtant hier, c’était un corps d’élite de la police qui était aux avant-postes. Il s’agissait de la Brigade d’intervention polyvalente (BIP) de la police. Malgré tout, les manifestants avaient réussi à leur donner du fil à tordre.

Le constat fait hier, est là. Le Président de la République Macky Sall, l’homme qui a mis feu Cheikh Béthio Thioune, Karim Wade et Khalifa Sall en prison, ne sait pas quoi faire devant l’équation Ousmane Sonko. Macky Sall ne doit s’en prendre qu’à lui-même. C’est lui qui a nommé Antoine Diome au poste de ministre de l’Intérieur, alors que ce dernier présente les signes qu’il ne peut pas être l’homme de la situation.

Avait-on besoin de toute cette épreuve de force démontrée hier sur l’affaire Ousmane Sonko ? A cause de la maladresse de l’Etat, voilà une affaire purement judiciaire qui subit un traitement purement politique. Et c’est finalement, l’Etat qui baisse le bras dans une première manche face à Ousmane Sonko. Et, le leader du Pastef, instruit par ce qui s’est passé hier, fera tout pour maintenir la mobilisation de ses partisans, afin de sortir haut la main, dans ce combat engagé entre lui et l’Etat du Sénégal.

La rédaction de Xibaaru

laissez un commentaire