Ultimate magazine theme for WordPress.

Macky et Barth transforment Dakar en…Champ de bataille

Le maire de Dakar (à gauche) et le président de la République (à droite) se livre une bataille pour le contrôle de la capitale
1

Révocation de Barthélémy Dias…Macky perd et Pastef gagne

Barthélemy Dias occupe le devant de la scène médiatique ces derniers jours. La dernière déclaration du président Macky Sall sur les attributions des maires a fait sortir Dias-fils de son hibernation. Depuis qu’il a recruté l’ex capitaine de gendarmerie Seydina Oumar Touré et Guy Marius à la ville de Dakar, le maire de la capitale est dans le collimateur du pouvoir. Avec cet acte qu’il a posé, une menace de révocation plane sur sa tête. Mais si cette chose venait à arriver, le locataire du Palais n’en sortirait pas indemne.

Entre Macky Sall et Barthélémy Dias, c’est une entente impossible. Les deux hommes politiques n’arrêtent pas de se faire la guerre de manière indirecte. Le patron de Benno Bokk Yakaar a tout fait, lors des élections locales, pour éviter que Barthélemy Dias prenne les commandes de la capitale sénégalaise. De son côté, le maire de Dakar ne cesse de poser des actes de défiances envers le chef de l’Etat. Le dernier acte allant dans ce sens qu’il a posé est le recrutement de Guy et du Capitaine Touré.

Un recrutement qui a mis en colère le Palais. Profitant de la cérémonie de réception des cahiers de doléances des syndicats, Le président Macky Sall a asséné ses vérités aux maires qui ne respectent pas l’organigramme. « Un maire ne peut pas faire ce qu’il veut. Il est soumis aux exigences de la loi et du règlement sinon il est révoqué. Tout recrutement en dehors de l’organigramme mis en place est nul est de nul effet », a-t-il déclaré. Une mise en garde qui a fait réagir le maire de Dakar, principal concerné par cette annonce.

Barthélémy Dias, qui dit ne pas faire « partie de cette catégorie de personnes qu’on menace », ne veut pas subir le même sort que son prédécesseur et mentor, Khalifa Sall. Face à la presse, il a mis en garde le chef de l’Etat contre toute idée de révocation. « Si ceux qui ont parlé de révocation l’on fait en pensant à la mairie de Dakar, je les invite à retirer leur propos pour la stabilité du pays et de leur gouvernance », prévient l’édile. Et s’il avertit c’est sûrement pour éviter le que coup de la caisse d’avance, qui avait valu à Khaf la prison, ne lui arrive.

Mais la question que tout le monde se pose c’est de savoir qui serait aux commandes si Barthélemy Dias est révoqué ? La réponse à la question est simple, le pouvoir n’aura pas la mairie de Dakar. Eliminer Barth serait vu par les sénégalais comme un acte de trop pour écarter un adversaire politique. Ce qui va valoir à Macky Sall de nouvelles turbulences dans sa gouvernance. Les jeunes ne laisseront pas faire vivre au tombeur de Soham Wardini ce que Khalifa Sall a vécu avec l’affaire de la caisse d’avance. Par contre, l’autre opposition sera la plus grande gagnante du malheur de Barth..

Si Barthélemy Dias est éjecté de son fauteuil de maire, le parti des Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) verra son plus grand rêve se réaliser. Les hommes d’Ousmane Sonko auront la main mise sur Dakar. Pastef a toujours eu un œil sur la mairie de ville. D’ailleurs on se rappelle que Pastef Dakar ne voulait pas retirer sa candidature lors des locales.

Ce qui avait créé un certain malaise au sein de Yewwi Askan Wi. Une révocation de l’actuel édile de la ville de Dakar donnerait la possibilité au premier adjoint, Abass Fall de Pastef de prendre les commandes comme  ce fut le cas pour Soham Wardini qui était la première adjointe de Khalifa Sall.

Après l’épisode Khalifa Sall, Dakar n’a plus besoin de voir son maire éjecté de manière brutale. Barthélémy Dias est appelé à mettre ses actes de défiances de côté et travailler avec l’Etat central. De son côté, le régime de Macky Sall doit être un peu plus clément avec les personnes qu’il dirige. Mettre Barthélemy Dias sur la touche reviendrait à confirmer ce que les sénégalais pensent sur la politique d’élimination d’adversaires politiques de Macky. Les Dakarois veulent avoir une capitale qui puisse concurrencer avec les autres grandes capitales et non un champ de bataille politique.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (1)