Macky Sall…seul avec des ministres nuls et des DG incompétents

Gestion des affaires de la nation : Macky Sall, le solitaire

Le Président de la République Macky Sall sait maintenant à quoi s’en tenir. Au lendemain de l’élection présidentielle de février 2019, tirant les leçons de son premier mandat et en vue de rendre davantage efficace l’action gouvernementale qu’il se charge de coordonner directement les activités, il a supprimé le poste de Premier ministre. Histoire de savoir qui fait quoi et qui ne remplit pas correctement sa mission parmi ses ministres ? Parmi, les Directeurs généraux des sociétés nationales, qui sont les plus rompus à la tâche, et qui ne le sont pas ?

A l’évidence, il faut bien s’en rendre compte. Le Président de la République Macky Sall en est réduit à être au four et au moulin, depuis la formation du gouvernement au lendemain de l’élection présidentielle. Par la faute de ministres incompétents, à l’instar de celui de l’Economie et de la Coopération, Amadou Hott ou encore du Budget, Abdoulaye Diallo. Par la faute de ces seuls deux ministres, Macky Sall est bien obligé aujourd’hui de se montrer au front, de négocier directement avec les bailleurs de fonds, d’aller lui-même à la recherche d’investisseurs. Il faut bien voir comme il s’est activé à Biarritz lors du sommet du G5 ou encore au Japon à l’occasion du TICAD.

Macky Sall doit également faire face aux gaffes que peuvent commettre certains de ses ministres. Oumar Hanne n’a fait que quelques mois, à la tête du ministère de l’Enseignement supérieur, après une gestion décriée à la tête du Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD) que déjà il se signale par des bévues. En témoigne, la polémique stérile et inutile qu’il a engagée avec le Collectif de l’enseignement privé supérieur dont le seul tort est de réclamer ce que lui doit l’Etat. Pourtant, Oumar Hanne et Abdoulaye Daouda Diallo, responsables de la situation, auraient gagné au change, si seulement ils avaient engagé des négociations sérieuses avec les responsables des Etablissements privés supérieurs à qui l’Etat doit de l’argent.

Que dire également de certains Directeurs généraux nationaux, à qui il faut toujours rappeler certaines de leurs tâches. L’exemple le plus patent est celui du Directeur général de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (ONAS), quand on voit les eaux envahir tout le Sénégal, alors que la saison des pluies ne vient que de démarrer.

La rédaction de Xibaaru